Cet article date de plus d'onze ans.

Il a atterri samedi à 07h40 heure française, après avoir réussi la 1ère traversée en solitaire du pôle Nord en ballon

Jean-Louis Etienne, 63 ans, est le premier à avoir réussi cette traversée en survolant le pôle Nord en ballon, au terme d'un vol de 5 jours et 1h30 depuis son départ dans l'archipel norvégien du Spitzberg,Les 121 heures et 30 minutes sont donc le premier temps de référence sur la distance.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le ballon de Jean-Louis Etienne

Jean-Louis Etienne, 63 ans, est le premier à avoir réussi cette traversée en survolant le pôle Nord en ballon, au terme d'un vol de 5 jours et 1h30 depuis son départ dans l'archipel norvégien du Spitzberg,

Les 121 heures et 30 minutes sont donc le premier temps de référence sur la distance.

Le ballon de l'expédition Generali Arctic Observer s'est posé dans la toundra sibérienne, par un vent faible de 2 km/h seulement, à 280 kilomètres au nord de la ville russe de Batagaï, après avoir couvert 3.130 kilomètres.

Le médecin-explorateur français, arrivé en bonne santé, a connu quelques difficultés pendant sa traversée. Parti lundi de Longyearbyen à 06h10 heure française, il a rencontré une tempête de neige mercredi près du pôle Nord. Le lendemain, il a dû faire face à des problèmes d'énergie, ses panneaux solaires n'ayant pu recharger les batteries pendant la tempête. Après deux journées au ralenti, avec une moyenne de 10 km/h, Jean-Louis Etienne a dû voler à très basse altitude, entre 100 et 300 mètres au-dessus de la banquise. S'il avait volé plus haut, les vents d'altitude l'auraient éloigné de son objectif.


Pendant son périple, il devait se livrer à des mesures scientifiques de CO2, du champ magnétique, des particules en suspension et de l'ozone troposphérique. Tout au long de son vol, il était assisté au sol par une équipe technique et scientifique où figurait son routeur, Luc Trullemans.

Alors que la température extérieure tournait autour de moins 30°C, il faisait 15°C à l'intérieur de la nacelle non pressurisée, grâce à un chauffage au propane.

Après son atterrissage, Jean-Louis Etienne doit attendre son équipe technique, retenue pour des raisons administratives à Yakutsk, à 600 kilomètres de Batagaï. Dans un premier temps, il devra dégonfler seul son ballon, dont l'enveloppe pèse 350 kilos.

Cet aventurier des pôles a complété avec ce nouvel exploit ses traversées de l'Arctique à pied et en bateau. En 1986, ce médecin tarnais était entré dans l'Histoire en devenant le premier homme à atteindre le pôle Nord géographique en solitaire, harnaché à son traîneau. Il avait mis 63 jours dans le chaos de glace et de neige de la banquise arctique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.