Hong Kong : la contestation pro-démocratie s'étend

Les étudiants qui manifestent depuis une semaine dans l'ancienne colonie britannique ont reçu le renfort de d'Occupy Central, la principale organisation pro-démocratie. Ils contestent la volonté de Pékin de limiter le suffrage universel. La bourse de Hong Kong est en nette baisse.

(A Hong Kong, les militants pro-démocratie manifestent avec des parapluies © REUTERS | Tyrone Siu)

Hong Kong vit actuellement sa pire période de troubles depuis son passage sous tutelle chinoise en 1997. A l'origine de cette contestation qui prend de l'ampleur, la décision de Pékin de limiter à quelques candidats sélectionnés par un comité l'élection du futur chef de l'exécutif local dès 2017. Une limitation du suffrage universel contestée dans la rue depuis une semaine par les étudiants, rejoints désormais par  Occupy Central, le principal mouvement pour la démocratie : "Nous exigeons que le gouvernement du chef de l'exécutif, Leung Chun-ying, présente au gouvernement central (de Pékin) un nouveau rapport sur les réformes politiques qui reflète pleinement les aspirations à la démocratie du peuple de Hong Kong."

A Hong Kong, les étudiants ont reçu le soutien du principal mouvement pro-démocratie - reportage Florence de Changy
--'--
--'--

Ce week-end plus de 200 lignes d'autobus ont été suspendues ou déviées, le trafic des tramways est  perturbé, des stations de métro fermées. Les habitants de Hong Kong jouissent d'une liberté de parole et de manifestation interdite en Chine continentale. Et d'un large autonomie en vertu du modèle "un pays, deux systèmes". Mais une rumeur court sur une possible intervention de l'armée chinoise pour retablir l'ordre.