Hollande et les Rafale à l’inauguration du nouveau canal de Suez

Le président français est arrivé ce jeudi en milieu d'après-midi à l’inauguration de la seconde voie du canal de Suez en Egypte. Une cérémonie où l'armement français acheté récemment par Le Caire sera lui aussi célébré. Trois avions de combat Rafale participeront au défilé aérien.

(François Hollande assiste aujourd'hui à l'inauguration de la nouvelle voie du canal de Suez © Amr Nabil/AP/SIPA)

Cent quarante-six ans après l'ouverture du canal de Suez, l'inauguration de son extension a débuté ce jeudi en début d'après-midi, à Ismaïlia, avec le président égyptien prenant la tête d'une parade navale. Construite en un an pour 7,9 milliards d'euros, la nouvelle voie devrait réduire le temps d'attente des bateaux pour circuler entre la mer Rouge et la Méditerranée.

Le déplacement de François Hollande, invité d'honneur, se fait sous haute surveillance alors que la région du Sinaï, toute proche, est marquée ces derniers mois par de multiples attaques attribuées à des groupes islamistes. Les premiers navires marchands à passer par l’extension du canal, il y a dix jours, étaient d’ailleurs accompagnés d’hélicoptères et de bâtiments de l'armée égyptienne.

Plusieurs appareils de fabrication française sont présentés au public à l’occasion de cette inauguration, dont une frégate multimissions Fremm vendue en février dernier à l’Egypte. Le Caire avait par ailleurs commandé 24 avions de chasse Rafale à la France en début d’année, qui doivent ouvrir ce jeudi un défilé aérien. Trois de ces avions ont été livrés en urgence pour participer à l'inauguration de la seconde voie du canal de Suez.

La présence de François Hollande à la cérémonie est donc un symbole, à l’heure où le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, veut mettre l’accent sur la sécurité. L’extension du canal de Suez est l’un des projets phares de la présidence égyptienne, avec à la clé l’opportunité de doubler ses capacités de transports et d'en tirer des revenus supplémentaires.

Les deux chefs d’Etat devraient s’entretenir en tête à tête. Au menu des discussions : la menace terroriste, la récente intervention militaire de la Turquie contre le groupe Etat Islamique et la situation au Yémen notamment. 

Deux rencontres avec le président palestinien Mahmoud Abbas et le premier ministre grec Alexis Tsipras sont également prévues à l'agenda de François Hollande selon son entourage.

► A LIRE AUSSI | Expliquez-nous… le canal de Suez