VIDEO. Sapin : "Une sortie de l'euro serait un terrain inconnu pour la Grèce, pas pour nous"

Le ministre des Finances affirme que les Français n'ont aucune inquiétude à avoir face à la crise grecque, tout en refusant d'imaginer que la Grèce sorte de l'euro.

FRANCE 2

Selon Michel Sapin, les intérêts français ne sont pas menacés par la possible sortie de la Grèce de l'euro, mais Athènes pourrait souffrir si les Grecs décidaient de se passer de la monnaie unique, a-t-il plaidé. Invité des "4 Vérités" sur France 2, mardi 30 juin, le ministre des Finances français s'est à nouveau montré rassurant sur les conséquences de la crise que traverse la Grèce, en ce qui concerne la France: "Une sortie de l'euro serait un terrain inconnu pour la Grèce, pas un terrain inconnu pour nous."

> Suivez en direct l'évolution de la crise entre l'Union européenne et la Grèce

"Aujourd'hui, [les Français] n'ont aucune inquiétude à avoir, a insisté le ministre. Ce qui se passe en Grèce n'a aucun effet sur les banques françaises, allemandes, espagnoles ou italiennes. Et en plus, aujourd'hui, la France est beaucoup plus forte. Donc, on tiendra le coup."

"Il n'y a pas de problème immédiat"

Pourtant, certains économistes ne sont pas aussi tranchés sur les conséquences d'un défaut de paiement de la Grèce, notamment, pour les assureurs si les prêts assurés par les autres Etats européens ne sont pas remboursés. "Ce n'est pas une dette que la Grèce doit aux méchants marchés financiers, ce sont des prêts qu'elle doit aux Etats, à nous tous, rétorque le ministre français. Donc il n'y a pas de problème d'assureurs... Et puis les remboursements de ces prêts étaient prévus dans 5, 10 ou 20 ans, donc, il n'y a pas de problème immédiat. Non, le vrai problème, c'est que la place de la Grèce est dans l'euro, (...) parce que le projet européen, celui auquel je crois, c'est un projet qui fait de la place aux peuples, pas un projet qui exclut les peuples."

Le ministre des Finances, Michel Sapin, à Bruxelles (Belgique), le 27 juin 2015.
Le ministre des Finances, Michel Sapin, à Bruxelles (Belgique), le 27 juin 2015. (JOHN THYS / AFP)