Les créanciers proposent une aide de 12 milliards d'euros à la Grèce, sous réserve d'un accord sur les réformes

Les créanciers sont prêts à verser une première tranche de 1,8 milliard d'euros, dès que le Parlement grec aura voté un accord sur les réformes à mettre en place.

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, au sommet européen à Bruxelles, le 26 juin 2015.
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, au sommet européen à Bruxelles, le 26 juin 2015. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)

Les créanciers de la Grèce lui proposent une aide de 12 milliards d'euros jusqu'à fin novembre, si un accord est trouvé sur une série de réformes, selon un document de négociation qui a fuité vendredi 26 juin. Mais les représentants de la Commission européenne, de la BCE et du FMI et la Grèce ne sont pas encore tombés d'accord sur les réformes à mettre en place.

Ils proposent notamment de verser à Athènes 1,8 milliard d'euros en urgence, "dès que le Parlement grec aura voté par une résolution l'accord avec les institutions". Cette somme permettrait à la Grèce d'éviter le défaut de paiement en remboursant un prêt de quelque 1,5 milliard d'euros du Fonds monétaire international, qui vient à échéance le 30 juin.

Dans le meilleur des cas, si Athènes et ses créanciers se mettent d'accord samedi lors de la réunion de l'Eurogroupe convoquée en urgence, le parlement grec pourrait se prononcer dimanche et le Bundestag allemand, lundi.