Le nombre de suicides en hausse de 26% en Grèce en 2011

Au total, 477 personnes se sont donné la mort dans le pays, selon le service des statistiques Elstat. Un record depuis cinquante ans.

La région d\'Athènes, où se concentre près du tiers des quelque 11 millions d\'habitants du pays, est la plus touchée.
La région d'Athènes, où se concentre près du tiers des quelque 11 millions d'habitants du pays, est la plus touchée. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

C'est l'une des conséquences les plus dramatiques de la crise économique qui sévit en Grèce. Selon le service des statistiques hellénique Elstat, mardi 21 mai, le nombre de suicides a augmenté de 26% sur un an en 2011. L'ONG de lutte contre l'exclusion Klimaka affirme, par ailleurs, que ces chiffres constituent un record depuis le début, il y a cinquante ans, du recensement des suicides par l'Organisation mondiale de la santé. 

Dans le pays, 477 personnes se sont donné la mort. Les hommes sont les plus vulnérables, représentant 82% des décès suicidaires enregistrés en 2011, mais le phénomène progresse aussi chez les femmes, parmi lesquelles 84 décès par suicides ont été enregistrés la même année, le double de l'année précédente. Dénonçant cette évolution, l'opposition de gauche radicale Syriza et nombre d'intervenants humanitaires l'imputent à la brutale paupérisation des Grecs. Plus d'un quart des habitants du pays sont désormais au chômage, après quatre ans de cure d'austérité dictée au pays surendetté par ses créanciers.

La région d'Athènes, où se concentre près du tiers des quelque 11 millions d'habitants du pays, est la plus touchée, avec 35% des cas recensés, suivie par la Macédoine centrale (11%), dans le nord, et l'île de Crète (7,7%), dans le sud. La Grèce enregistre néanmoins un taux de suicide plus faible que ceux des pays du nord de l'Union européenne.