Les Slovaques en ont assez de payer pour les Grecs

Rester ou sortir de la zone euro ? Tout le monde s'interroge quant à l'avenir d'Athènes, mais de son côté, la Slovaquie s'est fait une idée bien tranchée de la chose.

FRANCE 2

La Slovaquie n'est pas plus riche que la Grèce. Aujourd'hui, elle et ses cinq millions d'habitants ne veulent plus payer pour Athènes. Dans les rues de Bratislava, la Grèce n'est plus franchement à la mode. Ce ressentiment s'appuie sur quelques données objectives. La retraite moyenne en Slovaquie est de 380 euros par mois, contre 882 en Grèce. De même, le salaire minimum est de 380 euros en Slovaquie, contre 583 euros en Grèce. Pourquoi payer encore et encore pour Athènes se demandent de plus en plus les Slovaques.

Meilleur élève de l'Europe

Le discours très ferme des habitants se reflète très bien dans la position officielle des autorités slovaques. Pour comprendre, il faut remonter six ans en arrière. À cette époque, le pays rejoignait la zone euro. La Slovaquie a gagné et conservé sa place au prix de réformes très dures. Aujourd'hui, le tigre slovaque rugit. Avec une croissance de près de 3% cette année, il est le meilleur élève de l'Europe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, au sommet européen à Bruxelles, le 26 juin 2015.
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, au sommet européen à Bruxelles, le 26 juin 2015. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)