La Grèce juge le plan de l'Eurogroupe "très mauvais"

Une source gouvernementale grecque a indiqué que son gouvernement tente de "trouver des solutions" pour améliorer ce texte.

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, le 12 juillet 2015 à Bruxelles (Belgique).
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, le 12 juillet 2015 à Bruxelles (Belgique). (ARIS OIKONOMOU / SOOC / AFP)

La Grèce tape du poing sur la table. Le plan des ministres des Finances de la zone euro pour rouvrir les négociations avec Athènes sur un plan de renflouement du pays est "très mauvais", a affirmé dimanche 12 juillet à Bruxelles (Belgique) une source gouvernementale grecque.

"Le texte dans son ensemble est très mauvais. Nous essayons de trouver des solutions", a expliqué cette source à propos du document européen qui évoque l'option d'une "sortie temporaire" de la Grèce de l'euro et consacre des abandons de souveraineté en échange d'une éventuelle aide. Un constat partagé par le ministre de la Défense, chef du parti des Grecs indépendants, l'un des alliés de Syriza. "Nous avons atteint nos limites, ils veulent nous écraser. Assez", a posté sur Twitter Panos Kammenos.

Toujours selon la source gouvernementale, la Grèce ne peut pas attendre pour commencer à négocier un plan de renflouement, étant donné la "gravité" de la situation de ses banques, à court de liquidités. "Nous ne voulons pas de délai", jusqu'à mercredi, comme le proposent les ministres des Finances de l'Eurogroupe, "car, en attendant, il n'y a pas assez de liquidités de la BCE [injectées dans les banques grecques] et la situation est grave (...). Jeudi serait trop tard", a déclaré cette source.