Grèce : Hollande et Merkel affichent leur union face à la crise

Jeff Wittenberg fait le point, lundi 6 juillet, sur la réunion franco-allemande à l'Élysée.

FRANCE 2

Lundi 6 juillet, Angela Merkel a fait le déplacement à Paris pour rencontrer François Hollande. Une rencontre qui fait suite à la victoire du "non" au référendum grec la veille. Il en résulte un léger infléchissement de la chancelière allemande sur sa position si l'on s'en tient aux mots prononcés par la chancelière. Comme François Hollande, elle a évoqué "une porte ouverte à la Grèce". Elle a rappelé que "le principe de solidarité était la règle en Europe".

La France pourrait s'aligner sur la position allemande

"C'est sans doute François Hollande qui lui a demandé cette concession, maintenant si demain, Alexis Tsipras fait des propositions qui ne conviennent pas à l'Allemagne, alors là, ça sera l'inverse. Il est fort probable que la France se rangera aux intransigeances allemandes", explique Jeff Wittenberg.

Les dirigeants européens continuent d'y croire... en façade. "Ils n'ont pas le choix. Ils ne peuvent pas dire qu'ils n'y croient plus tant que la Grèce est dans l'euro", poursuit le journaliste. "Ce soir, personne ne peut dire si la crise grecque va trouver une issue."

Le JT
Les autres sujets du JT
Angela Merkel et François Hollande à l\'Elysée, le 6 juillet 2015.
Angela Merkel et François Hollande à l'Elysée, le 6 juillet 2015. (BERTRAND GUAY / AFP)