La Grèce déclare trois jours de deuil après la mort d'au moins 79 migrants dans un naufrage

L'embarcation, qui transportait des centaines de personnes, avait appareillé de Libye à destination de l'Italie.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des paramédicaux du Service national grec d'ambulance d'urgence (EKAV) et des membres de la Croix-Rouge grecque aident les migrants à leur arrivée au port de Kalamata, en Grèce, le 14 juin 2023. (BOUGIOTIS EVANGELOS / ANA-MPA / MAXPPP)

Un drame de plus dans les eaux méditerranéennes. La Grèce va observer trois jours de deuil après le naufrage, mercredi 14 juin, d'un bateau de migrants au large de la péninsule du Péloponnèse, en mer Ionienne, qui pourrait avoir fait des centaines de morts, ont annoncé les services du Premier ministre grec par intérim. Les gardes-côtes ont repêché 79 corps, et sauvé une centaine de personnes, mais les rescapés ont déclaré que près de 750 personnes étaient à bord. Le bilan pourrait donc encore s'alourdir.

>> Méditerranée : au moins 441 migrants sont morts en mer depuis le début de l'année, bilan le plus lourd depuis 2017

Selon une source au sein du ministère des Migrations grec, l'embarcation à bord de laquelle se seraient trouvés "des centaines" de migrants a chaviré à environ 87 km des côtes grecques, dans les eaux internationales. Pendant la vaste opération de sauvetage, 104 personnes ont été secourues, dont quatre sont hospitalisées.

Les gardes-côtes grecs ont précisé qu'au moment du naufrage de l'embarcation, aucune des personnes qu'elle transportait, dont la nationalité n'a pas été précisée, n'était équipée d'un gilet de sauvetage. Le bateau avait été repéré pour la première fois mardi après-midi par un avion de Frontex, l'Agence européenne de surveillance des frontières, mais les migrants à son bord "ont refusé toute aide", selon un communiqué des autorités portuaires grecques. Selon les premières informations des autorités, l'embarcation avait appareillé de Libye à destination de l'Italie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.