Cet article date de plus de neuf ans.

Goodyear : "Vous pouvez garder [vos] soi-disant ouvriers", le PDG de Titan à Montebourg

Les Echos ont publié mardi une lettre du PDG de Titan au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Le groupe américain explique pourquoi il ne reprendra pas l'usine Goodyear d'Amiens dans un style très provocateur.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Les Echos l'ont qualifié d'"incroyable
courrier
". Sur son site internet, le quotidien a publié la
copie d'une lettre datée du 8 février du PDG de Titan international à Arnaud Montebourg. Le ministre
du Redressement productif avait espéré que le fabricant américain de pneus agricoles
reprenne l'usine Goodyear d'Amiens et éviter ainsi sa fermeture. Titan avait publiquement finalement refusé. La lettre que son PDG a envoyé à Arnaud Montebourg est beaucoup moins nuancée.

"Ils [les Français] ont une heure pour
leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent
trois heures" (extrait de la lettre)

Dans cette lettre, le PDG, Maurice Taylor Jr, explique avoir visité l'usine Goodyear d'Amiens "plusieurs fois " et
en a conclu que les salariés ne travaillaient que "trois heures ". Selon
lui, leur journée se découpe ainsi : "Ils ont une heure pour
leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent
trois heures
".

Maurice Taylor Jr dit dans son courrier en
avoir fait part aux syndicalistes français qui lui auraient répondu : "C'est
comme ça en France
" (the French way sont ses termes).

"Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers" (extrait de la
lettre)

Le PDG évoque la concurrence chinoise et
interroge Arnaud Montebourg : "Les Chinois vendent des pneus à la France
et à toute l'Europe et vous ne faites rien ?
". Il met en garde :
"Dans cinq ans, Michelin ne sera plus en mesure de produire des pneus en France ".

Alors pourquoi Titan investirait-il dans l'Hexagone ?
Puisque, comme l'écrit Maurice Taylor Jr, son groupe "a l'argent et le savoir faire pour produire des pneus " ? La réponse est qu'il va s'en
servir ailleurs : "Titan va acheter un fabricant de pneus chinois
ou indien, payer moins d'un euro l'heure de salaire et exporter tous les pneus
dont la France a besoin. Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers. Titan
n'est pas intéressé par l'usine d'Amiens nord
".

"Cette lettre vient d'un déficient mental" 

Interrogé mardi soir, Arnaud Montebourg n'a pas souhaité commenté cette lettre, "je ne veux pas nuire aux intérêts de la France " a-t-il déclaré. Puis mercredi, le ministre du Redressement productif a finalement assuré qu'il répondrait par écrit au PDG de Titan : "Il va y avoir une réponse, ne vous inquiétez pas! Par écrit c'est mieux ", a-t-il déclaré à des journalistes dans la cour de l'Elysée.

En revanche, les réactions fusent déjà chez Goodyear à Amiens. Mickael Wamen de la CGT Goodyear dénonce des propos irresponsables et insultants.

 

> Retrouvez la
lettre en anglais du PDG de Titan à Arnaud Montebourg

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.