Cet article date de plus de dix ans.

Fidel Castro a rejeté avec force ironie les propos de Barack Obama sur une éventuelle amélioration de leurs relations.

cuba azm"Beaucoup de choses vont changer à Cuba mais elles changeront grâce à nos efforts et malgré les Etats-Unis. Et peut-être même avant que ne s'écroule cet empire", écrit Fidel Castro dans sa dernière tribune en date, publiée ce jeudi par la presse cubaine.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Fidel Castro, 19 avril 2011, à La Havane (ADALBERTO ROQUE / AFP)

cuba azm"Beaucoup de choses vont changer à Cuba mais elles changeront grâce à nos efforts et malgré les Etats-Unis. Et peut-être même avant que ne s'écroule cet empire", écrit Fidel Castro dans sa dernière tribune en date, publiée ce jeudi par la presse cubaine.

Mercredi 28 septembre, Barack Obama avait déclaré que les Etats-Unis étaient prêts à améliorer les relations avec Cuba à condition que le gouvernement communiste se tourne vers la démocratie et donne plus de libertés à son peuple.

Dans son éditorial, Fidel Castro n'y va pas de main morte : "Que c'est sympathique ! Que c'est intelligent !", répond-il au président américain. "Une telle bonté ne lui a pas encore permis de comprendre que cinquante ans de blocus et de crimes contre notre patrie n'ont pas permis de briser notre peuple !"

Dans cet éditorial, l'ancien numéro un cubain, 85 ans, évoque le cas de cinq agents cubains détenus aux Etats-Unis depuis 1998. Parmi eux figure Rene Gonzalez, qui doit être libéré la semaine prochaine après avoir purgé sa peine. Le parquet américain a demandé qu'il reste trois ans de plus aux Etats-Unis en liberté surveillée, ce que La Havane juge scandaleux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.