Ferguson : nouvelles manifestations à travers les États-Unis

Des milliers d'Américains se sont à nouveau rassemblés mardi soir, dans près de 200 villes, en hommage à Michael Brown et pour dénoncer la décision du grand jury d'exonérer le policier qui l'a tué. A New York et Los Angeles, les manifestations ont à nouveau été impressionnantes. 44 personnes ont été interpellées.

(Une voiture de police, cible des manifestants à Ferguson © REUTERS/Adrees Latif)

Cleveland, Philadelphie, Boston, Nashville, Los Angeles, New York... La colère s'est encore étendue mardi soir à travers les États-Unis. Au lendemain de l'annonce qui a mis le feu aux poudres, l'exonération du policier qui a tué un jeune Noir, Michael Brown, le 9 août dernier à Ferguson dans le Missouri, des milliers d'Américains ont à nouveau tenu à se faire entendre.

À Ferguson bien sûr, plusieurs centaines de manifestants ont fait face plusieurs heures durant aux policiers devant le commissariat central de cette banlieue de Saint-Louis. Les rues et résidences de la ville sont sous la protection de plus de 2.000 hommes de la Garde nationale, appelés en renfort par le gouverneur lundi, jour où des boutiques avaient été saccagées, et des voitures brûlées. Malgré tout, la tension est palpable, certains participants ont renversé une voiture de police, et les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes. La police indique qu'elle a arrêté 44 personnes et quatre sont poursuivies pour infraction.

En tête des manifestants, on trouve Al Sharpton, ancien compagnon de route de Martin Luther King. Pour lui, la contestation ne demande qu'à s'étendre.

Al Sharpton : "Il y a un vrai besoin de justice"
--'--
--'--

New York et Los Angeles en pointe

Comme lundi, c'est dans les deux plus grandes villes américaines que les défilés les plus notables ont eu lieu. À New York, la police a de nouveau dû fermer la 7e Avenue. Un petit groupe de manifestants s'est évertué à essayer de semer les policiers escortant le cortège. Une minute de silence a également été organisée devant le bâtiment de l'Onu.

Plusieurs personnes ont été interpellées. À Los Angeles, beaucoup craignent une flambée de violence, dans une ville encore marquée par les émeutes ayant suivi le passage à tabac de Rodney King, en 1991. On ne compte plus les rassemblements, dans près de 200 villes à travers le pays.

Un manifestant new yorkais : "Je ne pouvais pas rester devant ma télévision !"
--'--
--'--

Pendant ce temps, Darren Wilson, le policier qui a tué Michael Brown, a défendu sa version des faits en répondant à une interview sur la chaîne ABC mardi soir. Il affirme avoir "bonne conscience " et avoir eu peur de se faire tuer par le jeune homme.