VIDEO. A Malte, les journalistes rendent hommage à leur consœur assassinée

Daphne Caruana Galizia, journaliste et militante anti-corruption de 53 ans, a été tuée lundi 16 octobre par l'explosion d'une bombe dissimulée sous sa voiture.

Voir la vidéo
APTN

"Nous n'avons pas peur." Les journalistes maltais se sont réunis jeudi 19 octobre devant le Parlement et ensuite devant le palais de justice à La Valette pour promettre de ne pas se laisser intimider, trois jours après l'assassinat à la voiture piégée de Daphne Caruana Galizia, journaliste et militante anticorruption.


Malte : une journaliste assassinée

Des centaines de journalistes et d'employés des médias ont brandi des messages et des pages de journal comme maculés de sang lors de la marche. Ils ont déposé une requête afin que l'enquête sur l'assassinat de Daphne Caruana Galizia garantisse la protection des sources avec lesquelles elle était en contact. "C'est l'un des actes les plus méprisables jamais commis dans ce pays. Personne ne mérite de mourir pour avoir exercé son droit à prendre la parole", a déclaré Herman Grech, rédacteur en chef du site Times of Malta.com.

Une vague d'indignation à l'étranger et une forte émotion à Malte

Les fils de la journaliste tuée, qui participaient au rassemblement ont appelé le Premier ministre travailliste maltais, Joseph Muscat, à démissionner. L'assassinat de Daphne Caruana Galizia a provoqué une vague d'indignation à l'étranger et une forte émotion à Malte.

La journaliste a mis en lumière les dessous peu glorieux d'un boom économique alimenté par les jeux de hasard en ligne et les sociétés offshore, et accompagné d'un développement du crime organisé et d'une culture du pot-de-vin.

Les journalistes maltais manifestant à La Valette après la mort d\'une consoeur tuée dans l\'explosion de sa voiture piégée, le 19 octobre 2017.
Les journalistes maltais manifestant à La Valette après la mort d'une consoeur tuée dans l'explosion de sa voiture piégée, le 19 octobre 2017. (DARRIN ZAMMIT LUPI / REUTERS)