VIDEO. Un navire transportant 450 clandestins abandonné par son équipage au large de l'Italie

Deux jours après le "Blue Sky M", un autre cargo abandonné par des passeurs alors qu'il transportait des centaines de migrants a été pris en charge par les gardes-côtes. L'"Ezadeen" dérivait depuis jeudi soir au large de l'Italie.

Un bateau des gardes-côtes italiens au large des côtes sud de l\'Italie, où un nouveau navire transportant des migrants est en perdition, vendredi 2 janvier 2015.
Un bateau des gardes-côtes italiens au large des côtes sud de l'Italie, où un nouveau navire transportant des migrants est en perdition, vendredi 2 janvier 2015. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

Un navire marchand, comptant à son bord 450 immigrés clandestins, a été abandonné par son équipage, dans une mer agitée, au large des côtes italiennes, dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 janvier. Cette nouvelle affaire intervient deux jours après un scénario similaire impliquant le Blue Sky M, un cargo abandonné par son équipage transportant 760 migrants clandestins.

Dans la nuit, six garde-côtes italiens ont été déposés sur le cargo par un hélicoptère militaire et sont parvenus à prendre le contrôle du navire, comme l'ont annoncé les garde-côtes italiens.

AP

"En raison des conditions météorologiques difficiles, le navire ne peut être abordé que par la voie des airs", a précisé l'armée de l'air, qui indiquait à 23 heures jeudi que le navire se trouvait à 65 km de la côte sud-est de l'Italie. 

Un occupant alerte les gardes-côtes

Le navire a été identifié comme étant l'Ezadeen, un bâtiment de 60 m de long immatriculé en Sierra Leone. Il avait été repéré à la tombée de la nuit par un avion des garde-côtes italiens à 130 km des côtes italiennes. "Nous savons qu'il est parti d'un port turc et a été abandonné par son équipage, a détaillé un porte-parole de la garde-côte, FilippoMarini, dans une interview à la chaîne de télévision SkyTG24. Lorsque nous avons demandé au navire ce qu'il faisait, une émigrante a répondu : 'Nous sommes seuls à bord et nous n'avons personne pour nous aider'."

Les garde-côtes ont alors alerté un patrouilleur islandais, le Tyr, qui se trouvait dans les parages dans le cadre d'une mission pour Frontex, l'agence de l'Union européenne pour la surveillance des frontières. Ce navire a pu rejoindre l'Ezadeen et naviguer parallèlement à lui, mais les conditions météorologiques rendaient impossible tout abordage par la mer.