Turquie : "on n'est clairement plus dans un état de droit"

Envoyée spéciale à Istanbul, Stéphanie Perez revient sur les conditions de tournage et la situation politique en Turquie.

Voir la vidéo
France 2

De retour d'Istanbul (Turquie), Stéphanie Perez, envoyée spéciale, revient sur la situation politique en Turquie. Rien n'y personne ne semble arrêter Erdogan. "Je suis allée une dizaine de fois en reportages en Turquie et c'est la première fois que l'on ressent un tel climat. Les membres de l'opposition ont peur de parler. Il est difficile d'obtenir des interviews, les gens annulent au dernier moment", témoigne Stéphanie Perez.

Sentiment nationaliste très fort

Dans la rue, à la télévision, on ne parle que d'arrestations, de punitions, de trahisons. "C'est très pesant et on n'est clairement plus dans un état de droit", souligne la journaliste. Cependant, une grande partie de la population soutient le président Erdogan. "On défend le président, car il incarne une Turquie forte, stable, une Turquie que l'on respecte dans le monde. Depuis toujours, le sentiment nationaliste a été très fort dans le pays, mais encore plus depuis la tentative de putsch et c'est ce qui renforce le système Ergogan", complète Stéphanie Perez.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le nouveau pont suspendu sur le Bosphore, près d\'Istanbul (Turquie), le 26 août 2016.
Le nouveau pont suspendu sur le Bosphore, près d'Istanbul (Turquie), le 26 août 2016. (TOLGA ADANALI / AP / SIPA)