Tous les touristes français encore présents en Egypte seront rentrés d'ici la fin de la semaine

"Il y a encore environ 600 touristes français sur la Mer Rouge et une trentaine au Caire", qui seront rapatriés ou dirigés vers une destination de leur choix, déclaré mardi à Radio-Classique René-Marc Chikli, président du Ceto (association de tour-opérateurs français).Il a ajouté que la situation était surtout préoccupante au Caire.

A l\'aéroport du Caire (31 janvier 2011)
A l'aéroport du Caire (31 janvier 2011) (AFP/Miguel Medina)

"Il y a encore environ 600 touristes français sur la Mer Rouge et une trentaine au Caire", qui seront rapatriés ou dirigés vers une destination de leur choix, déclaré mardi à Radio-Classique René-Marc Chikli, président du Ceto (association de tour-opérateurs français).

Il a ajouté que la situation était surtout préoccupante au Caire.

Dans la capitale, les touristes "restent dans les hôtels, ce qui n'est pas très agréable", a ajouté le responsable, alors que "ceux qui sont sur les bateaux, sur le Nil, ou sur les stations balnéaires de la Mer Rouge, ne comprennent pas ce qui se passe".

Sur le plan financier et économique, cette situation a un "coût énorme pour les tour-opérateurs", a ajouté M. Chikli. "On commence à voir la douloureuse", soit le montant de la facture, a indiqué le responsable en citant un premier montant de 2 millions d'euros pour l'envoi de 30 avions à vide pour récupérer les touristes.

L'année 2010 avait déjà été "compliquée" pour les tour-opérateurs, à cause du nuage volcanique. Concernant 2011, "le démarrage est marqué par un handicap certain", avec la Tunisie et l'Egypte.

Les tour-opérateurs souhaitent que le couvre-feu soit bientôt levé en Tunisie
A propos de la Tunisie, il a exprimé l'espoir que le couvre-feu sera bientôt levé, afin de faire repartir les touristes. Il ne faudrait pas, a-t-il dit en substance, que la fermeture rapide du pays soit suivie par une "ouverture lente".

Interrogé sur la couverture des tour-opérateurs face à des évènements comme la Tunisie et l'Egypte, M. Chikli a répondu que les tour-opérateurs avaient des assurances à ce sujet.

Lire aussi :
>>
>>

>>