Silvio Berlusconi condamné à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale

Il a également interdiction d'exercer un mandat public pendant trois ans.

Silvio Berlusconi, à Rome (Italie), le 1er février 2012.
Silvio Berlusconi, à Rome (Italie), le 1er février 2012. (ANDREAS SOLARO / AFP FILES)

EUROPE - Silvio Berlusconi a été condamné, vendredi 26 octobre, à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset. Une peine au-delà des réquisitions du parquet, qui avait demandé 3 ans et 8 mois de prison pour le Cavaliere. L'ancien chef du gouvernement italien a également interdiction d'exercer un mandat public pendant trois ans, a annoncé le tribunal de Milan (Italie) alors qu'il a confirmé mercredi qu'il se retirait de la politique, en renonçant à présenter sa candidature à la présidence du Conseil.

L'ancien chef du gouvernement italien est accusé d'avoir artificiellement gonflé le prix des droits de diffusion de films, achetés par des sociétés écrans lui appartenant, lors de leur revente à son empire audiovisuel Mediaset. Le groupe aurait constitué des caisses noires à l'étranger et réduit ses bénéfices en Italie afin de payer moins d'impôts.

Dans son réquisitoire, le procureur Fabio De Pasquale avait déclaré, en juin, que les coûts d'acquisition des films par Mediaset avaient été "gonflés" de 368 millions de dollars (284 millions d'euros) pour la seule période 1994-1998, alors que que pour les années 2001-2003, ce chiffre aurait été de 40 millions d'euros. Silvio Berlusconi était "au sommet de la chaîne de commandement dans le secteur des droits télévisés jusqu'en 1998", avait ajouté le procureur.