Cet article date de plus de treize ans.

Revers pour Merkel à un mois des législatives

L'Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel a perdu la majorité dans 2 Länder où elle gouvernait seule
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'ex-leader social-démocrate Oskar Lafontaine va-t-il modifier le cours de la campagne pour les élections fédérales ? (© AFP PHOTO DDP / BERTHOLD STADLER)
L'Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel a perdu la majorité dans 2 Länder où elle gouvernait seuleL'Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel a perdu la majorité dans 2 Länder où elle gouvernait seule

Cependant, "au niveau fédéral, Mme Merkel bénéficie d'un avantage considérable comme chancelière sortante" et ces résultats ne remettent pas en doute sa réélection, note le Financial Times Deutschland de lundi.

Tous les sondages indiquent qu'elle sera en mesure de former le prochain gouvernement après les élections de la fin septembre.

Dans la petite région industrielle de Sarre, près de la frontière française, ainsi qu'en Thuringe, en ex-RDA, l'Union chrétienne démocrate (CDU) a perdu environ 12 points de pourcentage par rapport aux précédents scrutins régionaux en 2004, selon les sondages sortie des urnes.

Dans ces deux Etats, la CDU ne pourra donc pas conserver le pouvoir, même en s'alliant avec les libéraux du FDP, la configuration souhaitée par Mme Merkel au niveau fédéral après les élections nationales prévues dans quatre semaines.

En Sarre comme en Thuringe, le gouvernement régional pourrait échoir à une coalition de trois partis de gauche, le Parti social démocrate (SPD), la gauche radicale Die Linke et les Verts, une configuration inédite en Allemagne de l'Ouest.

Dans le troisième scrutin régional organisé dimanche, en Saxe (ex-RDA), la CDU a en revanche maintenu ses positions et aura la possibilité de congédier le SPD, son partenaire de coalition actuel, pour s'allier au FDP.

Les deux revers de la CDU n'ont que peu profité à son principal adversaire le SPD, qui arrive loin derrière et a même perdu des voix en Sarre. Frank-Walter Steinmeier, le principal adversaire de Mme Merkel lors des élections nationales du 27 septembre, a cependant voulu voir dans ce résultat un signe d'encouragement.

De son côté, la chancelière s'était efforcée, avant les trois scrutins, d'en minimiser l'enjeu national. "Il ne s'agit pas d'un vote test dans l'optique des législatives", avait-elle répété. Mme Merkel continue de bénéficier du traditionnel "bonus du chancelier sortant" et tous les sondages indiquent qu'elle sera en mesure de former le prochain gouvernement après les élections législatives du 27 septembre, à la tête d'une coalition avec le FDP.

Selon un sondage publié dimanche par le quotidien Bild, 87% des Allemands s'attendent à ce qu'elle soit reconduite dans ses fonctions à l'automne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.