"Le Scottish national party a toujours été internationaliste" : ces Français qui s'engagent pour le parti indépendantiste écossais

Le parti indépendantiste écossais a en ligne de mire un nouveau référendum sur l’indépendance du pays. Unique en Europe, le SNP se distingue notamment dans son approche "internationaliste". En témoigne les candidatures des Français Sarah Fanet dans les Highlands ou Christian Allard à Aberdeen.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La nouvelle dirigeante du Parti national écossais Nicola Sturgeon et Christian Allard, membre du Parlement écossais d'origine française pour le nord-est de l'Écosse saluent le public après qu'elle a prononcé son premier discours liminaire à la conférence du SNP à Perth, en Écosse. (ANDY BUCHANAN / AFP)

Sarah Fanet, la candidate du Scottish national party, vit dans les Highlands, le nord de l’Écosse, au climat rigoureux et aux paysages incroyables. Cette Française s’est installée en Grande-Bretagne il y a plus de 30 ans. Enseignante, guide touristique, elle est tombée amoureuse de l’Écosse. Son léger accent trahit son origine, la France. Au point qu’elle-même lors de sa campagne s’est parfois posé la question de sa légitimité pour représenter le peuple écossais.

Le parti a une approche "internationaliste"

Ce vote du 6 mai pour élire les parlementaires écossais a pris une toute autre tournure. Car le SNP, le parti indépendantiste écossais, vise cette fois une majorité absolue, avec en ligne de mire un nouveau référendum sur l’indépendance du pays. Le SNP veut quitter le Royaume-Uni, en particulier depuis le Brexit que l’Écosse avait rejeté à 62% mais qu’elle subit.

Ce parti, unique en Europe, se distingue notamment dans son approche "internationaliste". "J’ai vécu plus de 20 ans en Angleterre, indique Sarah. Et là-bas, on ne m’a jamais dit "Vous êtes Anglaise". Ici, quand j’ai commencé à faire campagne, je me souviens d’avoir dit une fois : "Je ne suis peut-être pas écossaise..." J’ai été reprise aussitôt : "Si si. Tu es écossaise !"

"C’est quelque chose ici qui ne souffre pas de discussion. On habite en Écosse, on est écossais."

Sarah Fanet

à franceinfo

Le SNP est nationaliste, il le revendique même. Mais un nationalisme de centre-gauche, pro-européen. Et s’il veut quitter le Royaume-Uni, c’est pour mieux se tourner vers le monde. Il le prouve en nommant de nombreux candidats d’origines étrangères. Comme Christian Allard, Français lui aussi, il se présente dans la région d’Aberdeen, sur la côte est. "Ça n’a rien d’étrange parce que le SNP a une grande expérience dans l’ouverture à toutes les nationalités", sourit le candidat.

"Nous ne sommes pas mis à part. C’est une grande tradition de ce parti qui a toujours été internationaliste. Sarah et moi le prouvons mais nous ne sommes pas les seuls."

Christian Allard

à franceinfo

Sarah Fanet ajoute : "Vous remarquerez, en particulier sur la campagne menée sur les réseaux sociaux, le nombre de langues utilisées par le SNP : le français, l'espagnol, l'allemand... On essaie de s’adresser à tout le monde." Les étrangers vivant en Écosse ont le droit de voter aujourd’hui. Le Scottish national party vise aussi cet électorat. Son projet : quitter le Royaume-Uni pour mieux retrouver l’Europe, la libre circulation et le marché commun.

Candidats français en Ecosse : reportage de Richard Place
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Référendum en Ecosse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.