Cet article date de plus de huit ans.

Pour sortir de la crise, le Portugal privatise à tour de bras

Le Portugal prévoit une contraction de 2 % du PIB pour 2013. Pour s'en sortir, le Pays privatise à tour de bras. La télé publique, la poste, les dix aéroports du pays, rien n'y échappe. L' objectif est de réduire la dette publique qui atteint 120% du PIB.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A l'image de sa compagnie aérienne, le Portugal privatise pour remplir les caisses de l'Etat. (Wikimedia commons)
C'est le groupe français Vinci qui a emporté le marché de la gestion des aéroports portugais. Il a mis sur la table trois milliards d'euros pour devenir  leur actionnaire unique durant cinquante ans. Un joli coup pour le Trésor portugais qui a ainsi dépassé son programme de privatisation fixé à cinq milliards et demi d'euros.
 
Le Portugal est ainsi condamné à privatiser à tour de bras pour renflouer les caisses et réduire son déficit public. Il s'agit aussi et peut-être surtout d'obtenir la précieuse aide européenne: un prêt de 78 milliards d'euros.

Un emprunt pour un autre en quelque sorte, et surtout un virage à 180 degrés pour les salariés de ces groupes, qui fait rugir les syndicats.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.