Pologne: ces arbres qu’on abat pour sauver la forêt de Bialowieza

L’une des dernières forêts primaires d’Europe est-elle menacée ? La polémique enfle entre les écologistes et les autorités de Varsovie. En cause, la gestion de la partie polonaise de la forêt de Bialowieza qui menace son aspect. La Commission européenne a même lancé une procédure d’infraction.


La Forêt de Bialowieza est un vaste complexe qui se trouve à cheval sur la frontière entre la Pologne et le Bélarus. Grâce à plusieurs décennies de protection, la forêt a survécu dans son état naturel jusqu’à aujourd’hui. Le Parc national de Bialowieza, en Pologne, a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial en 1979 et agrandi en 1992. En 2014, la vaste extension de la zone protégée aboutit à un ensemble de 141.885 hectares avec une zone tampon de 166.708 hectares. 
 
La zone a une importance exceptionnelle pour la conservation, compte tenu de la taille de ses forêts primaires. Ce sont de vastes zones non perturbées par l’intervention de l’homme où les processus naturels sont en cours. Ainsi, le site est riche en bois mort, sur pied ou tombé, et l’on y trouve donc une diversité élevée de champignons et d’invertébrés.
 
Le lieu abrite également une faune diverse et riche dont 59 espèces de mammifères et plus de 250 d’oiseaux. L’animal emblématique de la forêt de Bialowieza est le bison d’Europe: environ 900 spécimens y vivent, constituant la plus grande population au monde de cet animal en voie de disparition.

Polémique
Le 16 juin 2016, la Commission européenne a lancé une procédure d’infraction contre la Pologne. On lui reproche en particulier des abattages massifs, dénoncés régulièrement par Greenpeace et le WWF. Or, le lieu, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, est également protégé au niveau européen en tant que site Natura 2000. Il pourrait y avoir «une possible violation de la directive oiseaux et habitats dans la gestion de la forêt», explique la Commission. Les autorités locales justifient ces coupes par la lutte contre un insecte xylophage, le bostryche. L'insecte prolifère également en Suisse, comme nous l'avions évoqué précédemment. Mais pour Bialowieza, «aucune justification n’est donnée quant à la capacité des mesures proposées à traiter la propagation du bostryche typographe.» note l’Unesco.

Mais le nouveau plan de gestion de la forêt est également critiqué. Dans un district (la forêt en compte trois), il prévoit de tripler le volume de bois extrait. 190.000 m3 de bois coupés dont 1200 de peuplement mature. L’Unesco constate que ce plan n’indique pas les zones d’abattage retenues, en particulier si les arbres ne se trouvent pas dans la forêt primaire. 

Un programme en faveur de la forêt de Białowieża a été adopté par le ministère polonais de l’Environnement le 25 mars 2016. Il propose d’établir, sur un tiers de la surface une zone dans laquelle aucune intervention ne serait autorisée, et d’entreprendre des actions de restauration des habitats naturels dans les deux tiers restants. Ce programme soulève également de vives inquiétudes «au vu des potentielles perturbations pour les processus écologiques naturels», écrit l’Unesco.

Au-delà de la polémique, ce sont deux conceptions de la gestion de la forêt qui s'opposent. Les écologistes voudraient accroître la superficie de la zone «sauvage». Mais les populations locales revendiquent un droit historique à gérer économiquement le massif, et en vivre.