Policier antiterroriste abattu : revendication

Le groupe extrémiste "Secte des révolutionnaires" a revendiqué lundi le meurtre d'un policier anti-terroriste

Athènes lors de la vague de violences urbaines.
Athènes lors de la vague de violences urbaines. (© F2)
Le groupe extrémiste "Secte des révolutionnaires" a revendiqué lundi le meurtre d'un policier anti-terroristeLe groupe extrémiste "Secte des révolutionnaires" a revendiqué lundi le meurtre d'un policier anti-terroriste

Le policier, 41 ans, avait été tué de plusieurs balles tirées à bout portant alors qu'il était dans sa voiture, affecté à la protection d'un individu, témoin dans une affaire visant un mouvement de guérilla urbaine.

Il s'agit du plus grave incident depuis les émeutes de décembre dernier dans la capitale grecque.

Le policer tué mercredi était affecté à la surveillance d'un individu protégé après avoir témoigné contre un membre du groupe Lutte révolutionnaire du peuple, aujourd'hui dissous, condamné avec d'autres en 2004.

Plusieurs mouvements anarchistes et gauchistes ont mené une série d'attaques ciblant la police ou les banques depuis qu'un policier a abattu un adolescent de 15 ans, Alexandros Grigoropoulos, le 6 décembre. Ce décès avait déclenché pendant plusieurs jours les émeutes les plus violentes depuis la fin du régime militaire en 1974.

L'agression d'un autre policier dans la nuit du 4 au 5 janvier, avait été revendiquée par le groupe d'extrême gauche Lutte révolutionnaire en mémoire du meurtre de Grigoropoulos. L'agent de 21 ans avait été grièvement blessé.