Cet article date de plus de huit ans.

Pas de retour des subventions pour les poulets bretons

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a fermé la porte à un possible retour des subventions pour les poulets à l'export, réclamé par les salariés de l'entreprise bretonne Tilly-Sabco et leur patron. En revanche, il y a rendez-vous à Bruxelles pour parler aides éventuelles à l'investissement ou avances de trésorerie. Il accuse les industriels de n'avoir rien fait pour se préparer à la suppression des aides. Sur le terrain, les salariés de Tilly-Sabco ont bloqué la RN12 entre Morlaix et Rennes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (DAVID ADEMAS Maxppp)

Stéphane le Foll a bien un rendez-vous à Bruxelles, avec le commissaire européen à l'Agriculture, Dacian Ciolos. Mais pas pour parler d'un retour des aides à l'exportation pour les poulets, réclamées par les salariés de l'entreprise bretonne Tilly-Sabco et leur patron Daniel Sauvaget; "Je n'ai jamais dit "oui, on va remettre les restititutions" ", rectifie le ministre.

Mais il avance des sujets concrets, auxquels Bruxelles n'a pas fermé la porte : de possibles aides à l'investissement ou d'éventuelles avances de trésorerie. "Je n'ai pu obtenir le maintien, même un mois de plus, c'est qu'il y a une raison ", se justifie-t-il, avant d'expliquer la France était le seul pays européen à toucher ces 60 millions d'euros de subventions.

Et Stéphane Le Foll s'agace quelque-peu de la révolte des industriels du secteur, sous le couvert de bonnets rouges. La suppression de ces aides avait été annoncé en 2005, rappelle-t-il, et confirmée en 2008. "Je constate aujourd'hui, alors que tout le monde savait que ces restitutions allaient disparaître, que personne n'a tenu compte du fait qu'on allait finir par ne plus (les) avoir ", a-t-il poursuivi. "Jusqu'à présent, qu'est-ce qui a été fait par les industriels? Rien ". Et il revient sur son projet de maintenir une filière exportatirce vers le Moyen-Orient, comme c'est le cas depuis 40 ans.

Blocus sur la nationale Rennes-Morlaix

Sur le terrain, les salariés de Tilly-Sbaco ne l'entendent pas de cette oreille et ont voté la grève, suivie d'un blocus de la RN12 entre Morlaix et Rennes, à la hauteur de leur entreprise. Blocus levé dans la soirée. Le patron de Tilly-Sabco avance la suppression des subventions européennes pour expliquer les risques qui pèsent sur 300 des 400 salariés de l'entreprise, plus des éleveurs de la région. Il envisage en effet de cesser son activité export en janvier. Or, elle représente 90% de son  chiffre d'affaires.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.