Cet article date de plus de six ans.

Naufrage en Méditerranée : pour Hollande, les passeurs sont des "terroristes"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Après le naufrage et la mort de centaines de migrants en mer Méditerranée, les réactions sont nombreuses en Europe. Le point par France 3.

Un chalutier transportant des migrants a chaviré en mer Méditerranée dans la nuit du samedi 18 avril. Quelque 700 personnes ont péri dans le naufrage.

Les conflits au Moyen-Orient et en Afrique subsaharienne poussent des milliers de personnes à l'exil. Par ces migrants, 80% passent par la Libye. En 2014, la marine italienne a secouru 170 000 personnes dans le cadre de son opération Mare Nostrum. Ce plan a été abandonné l'automne dernier, car certains pays européens estimaient que sauver des migrants revenait à encourager l'immigration.

Le chef de l’État français veut lutter contre les trafics

Mais l'abandon de la mission Mare Nostrum n'a rien changé, selon Philippe Leclerc, représentant du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) en France. Au contraire : "Il y a encore plus de morts et de tentatives de passage en Méditerranée", dit-il à France 3.

Les dirigeants de l'Union européenne entendent se pencher sur le problème de cette migration. François Hollande préconise "plus de bateaux, plus de survols et une lutte beaucoup plus intense par rapport aux trafics". Le Président n'hésite pas à qualifier les passeurs de "terroristes".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Naufrages en Méditerranée

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.