Cet article date de plus de six ans.

Mort de Diana : la thèse de l'assassinat enterrée

Lady Diana n'a pas été assassinée par les troupes d'élite de l'armée britannique. La police, qui enquêtait sur ces allégations depuis août dernier, a annoncé lundi soir n'avoir recueilli "aucun élément crédible". L'enquête sur la mort en 1997 de l'ex-princesse de Galles ne sera donc pas rouverte.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Reuters)

Est-ce la fin des rumeurs sur la thèse de
l'assassinat de Lady Diana ? La police britannique a en tout cas indiqué,
lundi soir, que l'hypothèse d'un complot perpétré par les troupes d'élite
SAS
 n'était pas étayée "de preuves crédibles ". "En
conséquence, le Service de police métropolitaine
(MPS) est persuadé qu'il n'y a
pas de raison probante pour ouvrir une enquête criminelle
".

La thèse de l'assassinat de l'ancienne
princesse de Galles, morte en 1997 à Paris, avait été relancée en août 2013
après la réception de nouveaux éléments, notamment tirés du journal intime de Lady Diana. La police britannique avait simplement déclaré "examiner des informations
récemment communiquées
" sur ces décès, sans révéler le moindre élément sur
leur nature.

Des médias britanniques avaient alors
annoncé que l'une de ces informations affirmait que les SAS (Special Air
Services), les troupes d'élite de l'armée britannique, étaient "responsables de la mort de la princesse Diana ".

"L'enquête est maintenant achevée " (Police britannique)

"La conclusion finale (de l'enquête)
est que, bien qu'il y ait une possibilité que les déclarations supposées sur
l'implication des SAS dans ce décès aient effectivement eu lieu, il n'existe
aucune preuve crédible pour soutenir l'idée que ces allégations aient un
quelconque fondement
", ponctue le communiqué publié lundi soir. "L'enquête
est maintenant achevée
."

Les rumeurs sur une mort non-accidentelle
de Diana et Dodi Al-Fayed, en août 1997 sous le pont de l'Alma, ne sont pas
nouvelles. L'Opération Paget, une enquête de police qui avait duré de 2004 à
2006, s'était intéressée aux nombreuses théories du complot. Elles ont toutes
été invalidées, y compris celles qui partaient des accusations de meurtre formulées par certains, comme le père de Dodi Al-Fayed, le magnat égyptien Mohamed Al-Fayed.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.