VIDEO. En Jordanie, ces jeunes Syriennes jouent au squash pour oublier les affres de la guerre

Ces 15 Syriennes, âgées de 11 à 13 ans, font du squash ensemble 5 fois par semaine. Voici pourquoi.

Voir la vidéo
BRUT

Fuir les horreurs de la guerre

Elles sont 15 et ont entre 11 et 13 ans. Elles se rencontrent 5 fois par semaine pour deux heures d’entraînement à chaque fois. Une manière pour elles de reconstruire leur vie, de retrouver confiance en elles et de maintenir un lien avec leur Syrie d’origine.

"Le sport les aide beaucoup en tant que réfugiés, parce que cela ne leur est pas interdit ou inaccessible, elles peuvent être comme tout le monde et jouer", explique leur entraîneuse, Reem Niaz. "C’est du sport mais c'est aussi une nouvelle vie. Les filles étaient dans une situation très difficile et la pratique du squash a changé leur vie", poursuit-elle.

Fondée en 2008, grâce à l’ONG américaine Reclaim Childhood, l'équipe des Squash dreamers a participé à son premier tournoi à l'étranger le 2 août 2018, à Hong Kong. "Au fil du temps, nous les avons vu sortir de leur coquille. Elles ont plus confiance en elles sur le terrain", assure Rachel Lee, vice-présidente de l'ONG.

330 000 enfants syriens ont fui la frontière vers la Jordanie voisine depuis le début du conflit en 2011.

VIDEO. En Jordanie, ces jeunes Syriennes jouent au squash pour oublier les affres de la guerre
VIDEO. En Jordanie, ces jeunes Syriennes jouent au squash pour oublier les affres de la guerre (BRUT)