La police évacue un vaste campement abritant plus de 2 000 migrants à Saint-Denis

Ce camp était apparu en août, après le démantèlement d'un campement similaire à Aubervilliers.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des habitants d'un camp à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) attendent leur évacuation, le 17 novembre 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Une opération a été lancée, mardi 17 novembre, pour évacuer plus de 2 000 migrants vivant dans un campement à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), aux portes de Paris, le plus important d'Ile-de-France. D'après les reporters de franceinfo sur place, les forces de l'ordre sont arrivées vers 4 heures du matin et le démantèlement des quelque 700 tentes n'avait pas encore commencé à 7h30. L'opération se déroulait dans le calme, même si plusieurs départs de feu ont été constatés au sein du campement. 

Les habitants du camp doivent être évacués vers des hôtels et des gymnases. A leur arrivée, ils seront testés au Covid-19, a indiqué le préfet de la région Ile-de-France sur place.

"Il est absolument nécessaire que ces camps puissent être traités, et surtout ne pas se reconstituer", a déclaré le préfet de police de Paris, Didier Lallement, également présent sur les lieux, mardi matin. "Ces camps ne sont pas acceptables", a-t-il estimé, car leurs occupants s'y trouvent dans "des situations de misère" mais aussi parce qu'ils engendrent "des situations de délinquance qui posent de véritables difficultés aux riverains".

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, s'est félicité de l'opération sur Twitter.

"Le pire campement depuis plusieurs années"

Situé sous une bretelle de l'autoroute A1 et à deux pas du Stade de France, ce campement s'était créé en août (après l'évacuation d'un précédent camp de 1 500 personnes à Aubervilliers) et n'avait cessé de s'étendre depuis. Selon le décompte de l'association France terre d'asile, opératrice de l'Etat, environ 2 400 exilés y vivaient lundi. Ses habitants sont majoritairement des Afghans, mais aussi des Somaliens, des Soudanais ou encore des Ethiopiens.

Le campement installé sous une bretelle d'autoroute à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 12 novembre 2020, quelques jours avant son évacuation. (LUCAS BOIRAT / HANS LUCAS / AFP)

Le lieu est "vraiment le pire campement qu'on ait vu depuis plusieurs années", déclarait à l'AFP, dimanche, Alix Geoffroy, chargée de programme au Centre d'entraide pour les demandeurs d'asile et les réfugiés (Cedre)-Secours catholique. Elle craint que le prochain campement qui se constituera soit "encore plus éloigné de Paris, loin en banlieue, et plus difficile".

Une trentaine d'associations et collectifs (Cimade, Secours catholique, Solidarité Migrants Wilson...) dénoncent "un cycle sans fin et destructeur""Depuis cinq ans, les évacuations se sont répétées, malgré les dysfonctionnements du système d'hébergement qui les accompagne (...). Aujourd'hui, les autorités continuent d'organiser ces opérations alors que les 65 précédentes ont prouvé qu'elles étaient inefficaces, et que leur seul effet était de disperser les personnes", écrivent les associations dans un communiqué cité par Le Parisien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.