Cet article date de plus de quatre ans.

Un migrant rejoint la Croatie depuis la Serbie, agrippé pendant cinq heures sous un autobus

Le jeune migrant, un irakien de 21 ans, a réussi à faire le trajet entre Belgrade (Serbie) et Zagreb (Croatie), en se cachant sous l'autobus. Il n'a pas été blessé. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des migrants s'apprêtant à monter dans un bus à Belgrade (Serbie), le 8 mai 2017.  (CEM TEKKESINOGLU / CITIZENSIDE / AFP)

Ce n'est qu'à l'approche de Zagreb (Croatie) qu'il a été découvert. Un jeune migrant irakien de 21 ans est parvenu à voyager entre Belgrade (Serbie) et la capitale croate, agrippé à l'essieu arrière d'un autobus, ont déclaré les autorités croates, jeudi 28 décembre. 

Le jeune homme n'a pas été blessé alors qu'il se cachait sous l'autobus. Il a néanmoins été examiné par des médecins, a annoncé la police croate dans un communiqué, jeudi. Les policiers tentent désormais de vérifier dans quelles circonstances cet Irakien a traversé la frontière entre la Serbie et la Croatie

L'Irakien a été transféré au centre de transit de Tovarnik (Croatie), près de la frontière avec la Serbie, d'où il y sera renvoyé. "Etant donné qu'il est entré illégalement en Croatie, la procédure prévue par l'accord de réadmission conclu avec la Serbie est en cours", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Un trajet de cinq heures

Selon le quotidien Jutarnji list, citant des responsables de la compagnie de transport Cazmatrans à laquelle appartient l'autobus, le migrant est parvenu à se glisser sous le véhicule mardi, et a risqué sa vie pendant un trajet d'un peu plus de 400 kilomètres, qui a duré cinq heures.

"Nous avons entendu un bruit fort provenant du dessous de l'autobus (...), nous l'avons signalé au conducteur qui a ensuite arrêté le véhicule" à hauteur d'Ivanic Grad, à 40 kilomètres au sud-est de Zagreb, a déclaré l'un des passagers au journal. 

Dès l'arrêt du véhicule, le jeune homme, visiblement sous le choc, est sorti de sa cachette en rampant. Il avait le visage maculé de boue et les mains ensanglantées, a raconté ce passager. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.