Syrie : de l’électricité à base de terre dans un camp de déplacés

Mohsen Al-Amine, réfugié près de la frontière turque, fabrique lui-même son électricité avec les moyens du bord. 

France info

Mohsen Al-Amine a fui sa ville natale et trouvé refuge dans un camp de déplacés, dans la province d’Idleb près de la frontière turque. "Quand nous sommes arrivés ici, nous avons découvert qu’il n’y avait pas ou peu d’opportunités d’emploi, que les salaires étaient très bas mais aussi qu’il n’y avait pas d’électricité, sauf pour quelques habitations", témoigne Mohsen Al-Amine. 

Système D 

Ce dernier indique alors avoir mobilisé ses propres compétences. Pour avoir de l’électricité, Mohsen Al-Amine prélève tout d’abord de la terre, avant de la tamiser. Il y ajoute ensuite de l’eau et du vinaigre, puis remplit des conserves avec le mélange avant de les disposer les unes à côté des autres, reliées par des fils électriques. Ca fonctionne ! Mohsen Al-Amine génère entre 10 et 17 volts, suffisant pour alimenter une petite lampe. En Syrie, 90% des réfugiés n’ont pas d’électricité.   

Syrie : de l’électricité à base de terre dans un camp de déplacés
Syrie : de l’électricité à base de terre dans un camp de déplacés (France info)