VIDEO. Solidarité : ils ouvrent leur porte aux migrants sans abri

France 2 vous propose un coup de projecteur sur les migrants qui n'ont pas trouvé de centre d'accueil. Pour tenter d'y pallier, certains bénévoles tentent chaque soir de trouver une solution au cas par cas.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Paris, porte de la Chapelle. Ce centre d'accueil des réfugiés est surnommé "La bulle" . C'est l'un des passages obligés afin d'accéder à un hébergement. Un lieu souvent saturé. Et pour ceux qui restent dehors, chaque soir, des bénévoles comme Fanny Lepoivre tentent de trouver des solutions alternatives. "Il est 19h30, donc 'La bulle' est sur le point de fermer. Les familles qui n'ont pas pu être prises en charge vont sortir. Concrètement, elles sont à la rue", décrit cette bénévole de l'association Utopia 56.

Un réseau composé d'une cinquantaine de citoyens

Des femmes, des enfants, sans solution d'hébergement attendent de déposer ici une demande d'asile. C'est le cas de cette famille : Amir, 13 ans, sa mère et sa soeur disent venir d'Afghanistan. "Il y a quelques jours pendant lesquels, le temps d'effectuer les premières démarches, il n'y a pas de solution d'hébergement; parce que normalement, la solution, c'est le 115, qui, on le sait, est saturé", explique Fanny Lepoivre.

Pour leur éviter d'être à la rue ce soir, Fanny va déclencher une alerte sur son téléphone auprès d'un réseau d'une cinquantaine de citoyens. Coup de chance, ce soir, une personne répond à l'appel. Direction les beaux quartiers, dans le 2e arrondissement de la capitale. La famille va trouver un refuge pour la soirée dans un immeuble cossu. Françoise, une retraitée qui vit seule dans un quatre pièces, a accepté de les héberger.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des migrants, près du centre d\'accueil de la Porte de la Chapelle, à Paris, le 21 juillet 2017. 
Des migrants, près du centre d'accueil de la Porte de la Chapelle, à Paris, le 21 juillet 2017.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)