Pour l'association France terre d'asile, "9 000 personnes à répartir dans tout le pays, ça ne pose aucun problème"

Alors que des manifestations anti et pro migrants sont organisées dans plusieurs villes de France samedi 8 octobre, l'association France terre d'asile affirme qu'il n'y a aucun problème à tous les accueillir, grâce aux structures conçues pour les accompagner.

Un centre d\'accueil de France terre d\'asile, à Créteil en région parisienne.
Un centre d'accueil de France terre d'asile, à Créteil en région parisienne. (FRED DUFOUR / AFP)

Le président de l'association France terre d'asile, Pierre Henry, a affirmé samedi 8 octobre sur franceinfo que l'accueil et la répartition des réfugiés dans toute la France ne posaient "aucun problème", alors que des manifestations anti et pro migrants sont prévues samedi dans plusieurs villes de France, et notamment à Forges-les-Bains, dans l'Essonne.

franceinfo : Cette hostilité d'une partie de la population se retrouve-t-elle partout en France ?

Pierre Henry : Non, nous sommes face à des cas très isolés, mais le problème c'est que certains élus et certains médias se comportent comme des voyous en tentant de mettre le feu à la plaine, en alimentant chaque jour les peurs et la xénophobie. Il faut relativiser les incidents graves - mais en nombre limité - qui se sont produits. Des peurs, il y en a toujours eu. Ça fait vingt ans, pour ma part, que je travaille avec des élus locaux.

Ces tensions autour de la création de structures d'accueil pour demandeurs d'asile sont-elles nouvelles ?

J'ai toujours connu des tensions plus ou moins fortes à l'arrivée d'une structure d'accueil pour demandeurs d'asile. Simplement, il n'a échappé à personne qu'un certain nombre d'élus veut inscrire cette question dans le calendrier de la présidentielle. Il existe des centaines de structures installées depuis 10 ou 15 ans dans des villages, des villes grandes ou petites, et cela ne pose aucun problème !

Selon vous, accueillir un peu partout en France les migrants qui aujourd'hui s'entassent à Calais, c'est la bonne solution ?

Oui, on ne peut pas tolérer plus longtemps qu'il y ait un bidonville à ciel ouvert sur notre territoire. Ce qui devrait inquiéter ceux qui manifestent, c'est que des gens vivent dans la rue, des femmes, des enfants, des hommes, qui sont obligés de faire leurs besoins dans les caniveaux, sur les trottoirs des grandes villes. Il faut se montrer solidaire ! L'effort à faire pour la France, c'est 9 000 personnes à répartir sur 300 structures dans tout le pays, cela ne pose aucun problème ! Je le répète, nos structures d'accueil produisent de la sécurité. Dans les personnes qui sont à Calais, 80% relèvent du droit d'asile, nous devons les accueillir dignement.

"Il existe aujourd'hui des centaines de structures" (Pierre Henry, président de France terre d'asile)
--'--
--'--