Migrants : la Hongrie envoie plus de 2 000 policiers à la frontière avec la Serbie

La police hongroise a, par ailleurs, tiré des gaz lacrymogènes sur un centre de migrants à Roszke, mercredi.

Un policier hongrois contrôle l\'arrivée de migrants près de la frontière serbe, à Roszke (Hongrie), le 23 août 2015. 
Un policier hongrois contrôle l'arrivée de migrants près de la frontière serbe, à Roszke (Hongrie), le 23 août 2015.  (CSABA SEGESVARI / AFP)

La Hongrie veut endiguer le flux de migrants qui arrive à ses portes. Plus de 2 100 policiers vont être envoyés, à partir du 5 septembre, en renfort à la frontière serbe, a annoncé, mercredi 26 août, le chef de la police hongroise. 

Les forces de l'ordre ont, par ailleurs, tiré des gaz lacrymogènes sur un centre de traitement de migrants, mercredi, pour empêcher environ 200 d'entre eux de quitter le bâtiment situé à Roszke.

Une barrière érigée le long de la frontière

Les migrants ont refusé le prélèvement de leurs empreintes digitales et les policiers "tentent de calmer la situation, mais les migrants continuent de crier", affirme le porte-parole de la police. 

Lundi, un millier de migrants, dont de nombreux Syriens, ont poursuivi leur marche vers l'Europe occidentale en entrant en Hongrie, près de Roszke. Ce passage dans le pays s'est effectué quelques jours avant l'achèvement de la barrière destinée à empêcher l'arrivée des migrants par cette frontière, annoncée pour le 31 août par le gouvernement de Budapest.

Ces migrants font partie des milliers de personnes passées par la Grèce puis la Macédoine, qui a vainement tenté, en fin de semaine dernière, d'endiguer ce flux de personnes.