Migrants : crise à la frontière gréco-turque

La Grèce annonce avoir bloqué l'entrée de près de 10 000 migrants en 24 heures. Ils viennent directement de Turquie, car le président Recep Tayyip Erdogan a ouvert ses frontières terrestres pour obtenir un appui de l'Union européenne en Syrie.

France 3

En pleine campagne, ils sont chaque jour un peu plus à couper à travers champ. En Turquie, des centaines de migrants affluent à la frontière gréco-turque, leur porte d'entrée vers l'Europe. "On va insister pour passer grâce à Dieu, parce qu'on ne peut plus vivre ici", indique un jeune homme. Selon l'ONU, 13 000 migrants seraient massés au poste-frontière, repoussés par les gaz lacrymogènes des policiers grecs. Les flux migratoires se concentrent sur les points de passage d'Edirne (Turquie) et Lesbos (Grèce).

Recep Tayyip Erdogan fait pression sur l'Europe

Dès l'aube dimanche 1er mars, plusieurs embarcations ont rejoint les rives de la petite île. Si des milliers de réfugiés de lancent à nouveau sur les routes de l'Europe, c'est parce qu'ils cherchent à fuir les combats au nord de la Syrie. Pour forcer les Occidentaux à le soutenir dans le pays, Recep Tayyip Erdogan a décidé de laisser libres ses frontières terrestres.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier grec au poste de Kastanies, à la frontière avec la Turquie, le 29 février 2020.
Un policier grec au poste de Kastanies, à la frontière avec la Turquie, le 29 février 2020. (SAKIS MITROLIDIS / AFP)