Migrants : ce que demande la Grèce à l'Europe

La crise humanitaire s'installe plus que jamais en Grèce. Depuis Athènes, Alexia Kefalas évoque le sommet européen prévu lundi 7 mars.

FRANCE 3

Porte d'entrée vers l'Europe pour des milliers de réfugiés, la Grèce ne parvient plus à gérer un flux migratoire sans précédent. 24 000 personnes sont coincées à la frontière. Depuis la place Victoria d'Athènes, Alexia Kefalas fait le point, entourée de migrants, ce vendredi 4 mars.

"Ils vivent dans des conditions insalubres, sans eau potable, sans électricité", observe-t-elle. S'ils saluent l'aide des Grecs et des bénévoles, ces migrants n'ont qu'une idée : "Ils veulent partir de Grèce, car même dans les centres d'accueil improvisés comme l'ancien aéroport d'Athènes, personne ne veut rester".

Septième année de récession

Lundi, la Grèce demandera de l'aide lors d'un sommet européen à Bruxelles. "Ce que veut la Grèce, concrètement, c'est d'abord cesser cette crise humanitaire, avoir un partage des responsabilités - à savoir répartir proportionnellement ces réfugiés [...] - et aussi plus de fonds, car les 300 millions d'euros promis ne suffiront sans doute pas pour à la construction de nombreux hot spots, ces centres d'enregistrement ou d'accueil", rapporte la journaliste de France 3, qui conclut : "La Grèce entre dans sa septième année de récession et l'aide sociale de l’État manque cruellement".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des migrants à l\'extérieur du village de Polykastro non loin du poste-frontière d\'Idomeni (Grèce), vers la Macédoine, el 22 février 2016
Des migrants à l'extérieur du village de Polykastro non loin du poste-frontière d'Idomeni (Grèce), vers la Macédoine, el 22 février 2016 (KONSTANTINOS TSAKALIDIS / SOOC / AFP)