Migrants : le gouvernement promet de nouvelles places d'accueil et des aides aux communes

Manuel Valls s'est engagé à créer de nouvelles places d'hébergement pour les réfugiés. Et Bernard Cazeneuve a annoncé que 1 000 euros seraient versés aux communes pour chaque place d'hébergement créée d'ici à 2017. 

Le Premier ministre, Manuel Valls, le 12 septembre 2015 à la Maison de la Chimie à Paris pour une réunion avec des maires sur l\'accueil des réfugiés.
Le Premier ministre, Manuel Valls, le 12 septembre 2015 à la Maison de la Chimie à Paris pour une réunion avec des maires sur l'accueil des réfugiés. (THOMAS SAMSON / AFP)

L'Etat va aider les maires à accueillir des migrants. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé que 1 000 euros seront versés aux communes pour chaque place d'hébergement créée d'ici à 2017. Et le Premier ministre, Manuel Valls, s'est engagé à créer de nouvelles places d'hébergement. Le chef du gouvernement et le ministre de l'Intérieur ont fait ces annonces, samedi 12 septembre, à la Maison de la Chimie à Paris, au cours d'une réunion des disposés à accueillir des réfugiés.

Manuel Valls a assuré que le nombre précis de places d'hébergement que l'Etat souhaite créer sera dévoilé mercredi, lors du débat à l'Assemblée nationale consacré aux migrants. Ces places devraient notamment concerner, a indiqué Bernard Cazeneuve, l'hébergement en centre d'accueil des demandeurs d'asile (Cada). Car le dispositif de 25 000 places environ ne suffit plus à loger l'ensemble des demandeurs. 

Toutes les tendances politiques représentées, même le FN

Les représentants de près de 700 communes étaient inscrits à cette réunion, selon le ministère, dont les 50 plus grandes villes. Tous les départements, sauf la Lozère et la Haute-Saône, avaient envoyé un émissaire. Et tous les partis politiques étaient représentés, y compris le Front national puisque le maire de Beaucaire (Gard), Julien Sanchez, avait répondu présent. Celui-ci a tenté de prendre la parole lors des échanges entre maires, sous les huées.

Le Premier ministre a toutefois voulu répondre à des "inquiétudes" sur la façon dont vont être accueillis les réfugiés en France. Il a notamment promis que les demandeurs d'asile déboutés seraient reconduits à la frontière. Alors que plusieurs intervenants de terrain - France Terre d'asile, Emmaüs, Cosi-Forum Réfugiés - étaient présents, Bernard Cazeneuve a également rendu hommage à l'action des associations mobilisées dans des conditions "où elles sont parfois à la peine".