Mayotte : plaque tournante pour l'immigration

Mayotte est confrontée depuis plusieurs années à une immigration clandestine venue des Comores et de plus en plus d'Afrique de l'Est, du Yémen et de la Syrie. La population a augmenté de 20% en six ans.

France 3

À petite-Terre (Mayotte), l'adjudant Brillard et ses hommes entament chaque jour une immuable routine : le contrôle des papiers. Ils envoient des personnes sans visa au centre de rétention de l'île. Ces personnes en situation irrégulière arrivent la plupart du temps en kwassa kwassa, des embarcations de fortune. Il en arriverait une dizaine par jour en provenance des Comores surtout, à 70 km de là.

48% de la population est étrangère

Mais depuis quelque temps, les gendarmes mobiles rencontrent des migrants venus de bien plus loin : Burundi, Tanzanie, Rwanda, Yémen, Burkina Faso, Cameroun et même Syrie, à plus de 5 000 km. Le 101e département français devient une porte d'entrée de l'immigration vers l'Union européenne pour des raisons géopolitiques, selon un responsable associatif. "Les routes d'immigration se ferment autour des pourtours de la Méditerranée", affirme-t-il. Les bénéficiaires de l'association ont emprunté ces nouvelles routes. Une Congolaise a mis un an pour arriver à Mayotte, une étape de plus dans leur voyage pour la plupart. En un an, le nombre des demandeurs d'asile a explosé. Près de 48% des habitants de l'île seraient de nationalité étrangère.

Le JT
Les autres sujets du JT
A Mayotte, des gendarmes accostent des clandestins comoriens , le 19 octobre 2009.
A Mayotte, des gendarmes accostent des clandestins comoriens , le 19 octobre 2009. (GENDARMERIE NATIONALE / AFP)