Marché aux esclaves en Libye : l'UE est "complice" de "crime contre l'humanité", selon le Collectif contre l’esclavage en Libye

Claudy Siar, du Collectif contre l’esclavage en Libye, a réagi sur franceinfo à l'existence d'un marché aux esclaves en Libye, révélée par CNN. Une situation dans laquelle l'Union européenne a une part de responsabilité selon lui. 

FRANCEINFO
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Claudy Siar, du Collectif contre l’esclavage en Libye, a accusé jeudi 23 novembre sur franceinfo, l'Union européenne d'être "complice" de "crime contre l'humanité", après les révélations, dans un documentaire de CNN, de l'existence d'un marché aux esclaves en Libye.

"Il y a la complicité de l'Union européenne" juge t-il. "Lorsque, le 3 février dernier, l'Union européenne signe un accord avec la Libye, avec le Niger et d'autres pays pour enrayer ce flux migratoire, en réalité pour stopper les migrants pour qu'ils soient dans un cul de sac. C'est bien ce qui se passe. Eh bien, vous vous rendez complice, et pour le coup, on peut le dire très clairement, de crime contre l'humanité (...). Vous savez très bien qu'en faisant cela vous allez donner un permis de tuer et c'est bien ce qui se passe", a-t-il expliqué.

"On est là face à la dignité humaine"

Claudy Siar accuse "les Libyens mais pas seulement", également "des Nigérians" de racheter "des migrants qui ont été incarcérés pour les revendre après" en Libye. "Dans l'épisode qui nous occupe, ce n'est pas un combat de noirs contre blancs, de noirs contre arabes... On est là face à la condition humaine, on est là face à la dignité humaine", a-t-il expliqué.

Alors que le président français, Emmanuel Macron, a aussi dénoncé "un crime contre l'humanité", Claudy Siar a "beaucoup regretté" que dans la manifestation organisée samedi dernier pour dénoncer l'esclavage en Libye, il n'y avait que "90 % de noirs mais pas une France arc-en-ciel".

Claudy Siar, du Collectif contre l’esclavage en Libye, le 23 novembre 2017.
Claudy Siar, du Collectif contre l’esclavage en Libye, le 23 novembre 2017. (FRANCEINFO)