VIDEO. Ventes d'esclaves en Libye : un millier de personnes manifestent à Paris

Un millier de personnes ont manifesté à Paris, samedi, en réaction aux images diffusées par CNN qui montrent des migrants africains vendus comme esclaves en Libye.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Non à l'esclavage en Libye." C'est le message qu'ont voulu faire passer le millier de manifestants, rassemblés samedi 18 novembre, devant l'ambassade de Libye à Paris. "Non seulement il y a non-assistance à personnes en danger, mais il y a aussi crime contre l'humanité quand on décide de brader, de braver le respect de la dignité humaine en vendant des êtres humains", s'indigne une manifestante.

"Depuis que j'ai vu les images, je ne dors plus"

Ce qui a déclenché leur colère : la révélation des pratiques eslavagistes en Libye, révélées par CNN. La chaîne américaine a filmé une vente aux enchères dans laquelle des migrants venus d'Afrique noire sont vendus comme du bétail par des trafiquants d'êtres humains, contre quelques centaines de dollars. 

Ces ventes aux enchères auraient lieu régulièrement en Libye. Intolérable pour ces manifestants : "Je suis choquée. Honnêtement, depuis que j'ai vu les images, je ne dors plus. Et aujourd'hui, je veux appeler le monde entier à arrêter ce massacre", explique une manifestante. Un rassemblement qui s'est ensuite dirigé vers les Champs-Elysées pour une manifestation non autorisée.

Plusieurs personnalités, comme le comédien Omar Sy, le footballeur Didier Drogba ou l'ancienne Miss France Sonia Rolland, avaient relayé les appels à manifester : "Soyons solidaires et au rdv pour protester contre cette torture et cette violence", avait tweeté Omar Sy.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une manifestante porte une pancarte sur laquelle il est écrit \"bétail\", lors d\'un rassemblement devant l\'ambassade de Libye, à Paris, le 18 novembre 2011.
Une manifestante porte une pancarte sur laquelle il est écrit "bétail", lors d'un rassemblement devant l'ambassade de Libye, à Paris, le 18 novembre 2011. (SADAK SOUICI / CITIZENSIDE / AFP)