Les migrants ne renoncent pas à la France

Olivier Chartier-Delègue commente la situation actuelle à la frontière franco-italienne, où la police encadre plus de 200 migrants près à entrer en France.

France 3

Un important dispositif de police a été mis en place à la frontière entre la France et l'Italie après l'afflux de migrants depuis vendredi 12 juin, prêts à entrer clandestinement dans l'Hexagone.

"Il faut bien comprendre que la totalité du groupe qui campait ici, les 150 à 200 personnes qui vivaient ici dans des conditions extrêmes de précarité depuis 48 heures, n'a pas été dispersé par la police italienne. Une partie a été repoussée près de la route nationale en direction de Vintimille", précise Olivier Chartier-Delègue, en direct pour France 3.

Des structures d'accueil et d'hébergement

Ces populations venues majoritairement d'Afrique devraient être menées des structures d'accueil et d'hébergement. "Ceux-là même qui avaient servi il y a quelques années, à accueillir la vague d'immigrés tunisiens qui fuyaient les troubles au moment de la Révolution du jasmin", précise le journaliste. Un second groupe de migrants est encore présent près de la frontière, sur des rochers à côté de la mer. Certains hommes ont tenté de rejoindre la France à la nage, mais leur tentative était vaine compte tenu du courant.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers italiens dispersent environ 200 migrants rassemblés près de la frontière avec la France, à Vintimille (Italie), le 13 juin 2015.
Des policiers italiens dispersent environ 200 migrants rassemblés près de la frontière avec la France, à Vintimille (Italie), le 13 juin 2015. (JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)