Matteo Salvini menace de fermer les aéroports italiens si l'Allemagne renvoie des migrants par "charters"

Les autorités allemandes ont finalement démenti avoir le projet de renvoyer en Italie des migrants résidant en Allemagne

Le ministre de l\'Intérieur italien, Matteo Salvini, le 5 octobre 2018, à Rome. 
Le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, le 5 octobre 2018, à Rome.  (MICHELE SPATARI / NURPHOTO / AFP)

Une nouvelle sortie fracassante de Matteo Salvini sur la question des migrantsLe ministre de l'Intérieur italien a prévenu, dimanche 7 octobre, qu'il fermerait tous les aéroports italiens si l'Allemagne s'avisait de renvoyer par "charters" des migrants, en application des accords de Dublin.

"Si quelqu'un, à Berlin ou à Bruxelles, pense débarquer en Italie des dizaines de migrants avec des vols charters non autorisés, qu'il sache qu'il n'y a pas et il n'y aura pas d'aéroport disponible. Nous fermons les aéroports comme nous avons fermé les ports", a écrit sur Twitter celui qui est également le chef de la Ligue, le parti d'extrême droite.

Berlin et Rome travaillent à un accord sur le sujet

Samedi, le journal italien La Repubblica a affirmé que l'Office fédéral allemand en charge de l'immigration était en train d'envoyer de nombreuses lettres à des réfugiés arrivés dans l'Union européenne par l'Italie, en annonçant leur "transfert" imminent dans le cadre des accords de Dublin. Ces derniers obligent les migrants à déposer leur demande d'asile dans le premier pays européen où ils sont enregistrés. Le quotidien ajoute que "l'emploi de vols charters" n'est pas exclu et que le premier avion allemand pourrait arriver en Italie mardi.

Face à l'ampleur de la polémique, les autorités allemandes ont finalement démenti dimanche avoir ce projet. "Aucun vol de transfert n'est prévu vers l'Italie dans les prochains jours", a déclaré un porte-parole du ministère allemand de l'Intérieur. L'Allemagne et l'Italie travaillent à un accord aux termes duquel des migrants résidant en Allemagne pourraient être renvoyés en Italie, pays où ils ont déposé une demande d'asile. L'accord n'a pas encore été signé pour le moment.