Cet article date de plus de six ans.

Incendie de Grande-Synthe : le maire de la ville n'exclut pas de reconstruire le camp de migrants

Damien Carême, le maire de Grande-Synthe, envisage de reconstruire le camp de migrants, qui a été détruit par un incendie dans sa ville, si aucune solution n'est trouvée d'ici 72 heures.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le camp de migrants de Grande-Synthe a été détruit par un incendie lundi 10 avril 2017.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Après l'incendie qui a ravagé pratiquement l'ensemble du camp de migrants de Grande-Synthe (Nord) lundi 10 avril, le maire de la ville, Damien Carême (EELV), n'exclut pas de reconstituer un camp sur le terrain brûlé. "Qu'est-ce que je fais si dans 72 heures il n'y a pas de solutions ? Je n'exclus rien du tout ", a-t-il indiqué mardi au journaliste de franceinfo sur place.

Damien Carême réagissait après les déclarations du ministre de l'Intérieur, Mathias Fekl, qui s'est rendu à Grande-Synthe mardi et a assuré qu'"il n'y aura pas de reconstruction de camp ici ou ailleurs".

Des places débloquées dans les centres d'accueil ?

Le gouvernement souhaite débloquer 1 000 places dans les centres d'accueil et d'orientation (CAO) disséminés sur le territoire. Un tel hébergement est, en principe, conditionné à une demande d'asile en France. Or la plupart des 1 500 migrants, qui se trouvaient dans le camp de Grande-Synthe, souhaitent rejoindre l'Angleterre.

Le maire de Grande-Synthe, lui, souhaite libérer les gymnases qui accueillent depuis lundi soir 400 migrants et éviter l'errance des autres dans la ville.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.