Incendie du camp de Grande-Synthe : le maire refuse de céder à la colère

La camp de Grande-Synthe (Nord) a été réduit en cendres hier soir, lundi 10 avril. Il hébergeait 1 400 migrants. 

Voir la vidéo
FRANCE 2

Des dizaines de baraquements sont en flammes. En quelques instants, c'est tout le camp de Grande-Sytnhe qui s'embrase. Près de 250 abris de bois ont été réduits en cendres les uns après les autres, sous le regard de migrants qui vivaient ici. Ce gigantesque brasier a été allumé lors d'affrontements entre Afghans et Kurdes. Selon des témoins, certains migrants ont volontairement déclenché l'incendie.

4 millions d'euros partis en fumée

Il y avait ici 300 logements. Les flammes en ont épargné 70, mais l'ensemble du camp a été évacué. Construit il y a un an, il faisait office de modèle jusqu'ici. À l'origine du projet, Damien Carême, maire de la ville. Il refuse de céder à la colère : "On ne va pas se laisser guider par quelques imbéciles qui ont conduit à cet état-là, il faut continuer à oeuvrer". Le camp de Grande-Synthe avait coûté 4 millions d'euros à l'État.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des cabanes fument encore, après un incendie qui a ravagé une grande partie du camp de Grande-Synthe (Nord), le 11 avril 2017.
Des cabanes fument encore, après un incendie qui a ravagé une grande partie du camp de Grande-Synthe (Nord), le 11 avril 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)