Vidéo De la Côte d'Ivoire aux rivages européens, le périple de migrants retracé par des images satellite

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min
Immigration : des images satellites retracent la route des migrants
Article rédigé par France 2 - C.Verove, C.Gaborieau, J.Laurent-Kaysen, C.Legros, A.Palussière, M.Le Rue
France Télévisions
France 2
Une femme et quatre enfants ont péri lundi au large de Lesbos. Plus de 2 000 migrants se sont noyés en Méditerranée, et le nombre d'arrivées a doublé en Grèce en un an. L'équipe des Révélateurs a reconstitué le parcours de migrants ivoiriens.

Pour beaucoup de migrants subsahariens, le voyage commence en Côte d'Ivoire. Les passeurs, nommés coxeurs, postent une annonce sur Internet : la traversée jusqu'en Tunisie coûte environ 900 euros. Le trajet se fait en bus jusqu'au Mali, puis via un convoi de pick-up. Le voyage dure des mois, parfois des années. Après 1 900 kilomètres de désert, la frontière avec l'Algérie apparaît. Les convois passent par des routes non cartographiées pour ne pas se faire repérer. Vient ensuite la traversée du désert à pied. Les migrants dorment dans des logements en ruine. Ceux qui ont été repérés par la police algérienne sont refoulés dans un camp au Niger, qui accueille plus de 2 000 personnes.  

Une traversée périlleuse 

Arriver en Tunisie est une première victoire. Beaucoup s'installent à Sfax et travaillent pour payer la traversée vers l'Italie, soit 440 euros. Mais des tensions ont éclaté entre subsahariens et Tunisiens, jusqu'au président lui-même. Les migrants, repoussés vers le désert, sont laissés sans eau et sans nourriture, dénoncent des ONG. Les migrants à Sfax embarqueront sur un bateau doublé de métal rouillé. Des comptes dédiés les informent sur la météo. Il y aurait eu 80 000 tentatives de traversées, et plus de 1 000 disparitions. Ceux qui atteignent Lampedusa peuvent porter un bracelet, signe de leur prise en charge par des associations. Après 5 pays traversés et des mois voire des années de voyage, ils ont atteint leur objectif : l'Europe. 

Parmi nos sources

-Pour les données de la migration entre pays d'Afrique de l'Ouest et du Nord, et sur les flux migratoires en Méditerranée, voir le portail de l'Organisation Internationale Pour les Migrations

-Les images satellitaires de la frontière Malo-Algérienne entre 1'27 et 1'43 viennent de de Google Earth, du Centre National d'Etudes Spatial, d'Airbus et de Maxar.

-Les animations satellitaires de la frontière Malo-Algérienne viennent de Google Earth et de Maxar

-Les animations satellitaires de la chaîne de montagnes au sud-est de l'Algérie viennent de Google Earth, du CNES et de Maxar

-Les images satellitaires du camp d'Assamaka entre 2'36 à 2'46 viennent de Google Earth et de Maxar

-Libération (article prenium) du 1er août 2023 pour le parcours et l'histoire des populations empruntant ce couloir de migration

-AfricaNews (disponible sur Youtube) du 4 avril 2023 sur la situation humanitaire dans le camp de réfugiés d'Assamaka, au Niger

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.