Drones, 4×4, hélicoptères... Comment le mouvement d'extrême droite Génération identitaire finance ses actions anti-migrants

Trois membres du mouvement comparaissent, jeudi, devant le tribunal de Gap (Hautes-Alpes) pour avoir organisé des patrouilles anti-migrants en 2018 dans les Alpes. Une opération spectaculaire qui avait bénéficié d’importants moyens financiers.

Des membres du mouvement d\'extrême droit Génération identitaire lors de leur action anti-migrants au col de l\'Echelle, le 21 avril 2018.
Des membres du mouvement d'extrême droit Génération identitaire lors de leur action anti-migrants au col de l'Echelle, le 21 avril 2018. (ROMAIN LAFABREGUE / AFP)

Ce jour-là, le 21 avril 2018, une centaine de militants de Génération identitaire vêtus de doudounes bleues siglées installent une barrière au col de l’Echelle, dans les Hautes-Alpes, près de la frontière avec l’Italie. Leur objectif : bloquer un point de passage utilisé par des migrants. Avec eux, des drones, une dizaine de gros 4×4 et deux hélicoptères loués pour l’occasion. Une opération baptisée "Défendre l’Europe" qui ressemble à s’y méprendre à une intervention de la gendarmerie nationale. Le tout est évidemment filmé et relayé par les militants sur les réseaux sociaux.

Pour avoir mené cette action anti-migrants, trois membres du mouvement comparaissent, jeudi 11 juillet, devant le tribunal de Gap. Ces "patrouilles" spectaculaires à la frontière franco-italienne avait mobilisé d’importants moyens financiers, sur lesquels franceinfo a enquêté.

Une action anti-migrants de 30 000 euros

L'opération "Défendre l'Europe" est un gros coup de communication pour Génération identitaire qui ne lésine pas sur les moyens : 30 000 euros sont dépensés pour financer cette opération anti-migrants. Une somme importante qui représente 10% du budget annuel de Génération Identitaire, estimé à 300 000 euros.

L'action est essentiellement financée grâce aux dons de sympathisants et d’adhérents du mouvement. Ils seraient environ 3 000, explique Johan Teissier, l'un des porte-paroles de Génération identitaire. 

La très grande majorité de nos dons sont inférieurs à 100 euros, entre 30 et 50 euros le don moyen.Johan Teisser, porte-parole de Génération identitaireà franceinfo

"Nous avons beaucoup de donateurs en France qui nous donnent parfois de petites sommes, explique Johan Teissier, mais qui nous permettent de monter ce type d'opération. Plus de 90% de ces dons viennent de France."

"Une part opaque" des financements

"Tout est légal et transparent", jure Génération identitaire. Et pourtant, il existe des soupçons de financements plus opaques. "Les paiements sont souvent difficiles à caractériser parce qu'il y a une part importante de versements en espèces", explique Muriel Ressiguier, députée La France insoumise de l’Hérault, qui préside la Commission d’enquête parlementaire sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite. "ll y a aussi une recherche d'autofinancement par des produits dérivés et des dons, des appels aux dons sur des sites internet. Il y a une part opaque", assure-t-elle. 

Une part opaque qui intéresse Tracfin, l’organisme du ministère de l'Économie et des Finances chargé de la lutte contre la fraude, le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. A la suite du blocage du col de l’Echelle, Tracfin a ouvert une enquête l’année dernière. Les comptes en banque et les mouvements de fonds de Génération identitaire ont été minutieusement analysés. Conclusion : le groupe d'extrême droite reçoit essentiellement des micro-financements fait depuis la France. Rien d’illégal, mais Tracfin souligne également l’importance "de versements en espèce".

"L'explosion" des cagnottes en ligne

L'organisme Tracfin s’inquiète également dans son rapport de l’utilisation "en explosion" des cagnottes en ligne. C’est par ce biais, à l’été 2017, que Génération identitaire était parvenu à lever près de 200 000 euros. Grâce à cet argent, les militants avaient affrété un bateau pour empêcher le sauvetage des migrants en Méditerranée.

Ces cagnottes sont de "nouveaux leviers" utilisés par Génération Identitaire pour changer d’échelle et prendre une autre dimension, ce qui permet une internationalisation des financements, explique Tristan Mendès-France, maître de conférences associé à l’université Paris-Diderot, spécialiste de l’extrême droite en ligne. "Les dons pour ce bateau en Europe lancés par Génération identitaire venaient vraisemblablement de financements de toutes les extrêmes droites de la planète qui avaient un peu d'argent, particulièrement les Américains."

À chaque fois qu'il y a une campagne de financement participatif, elle est mondiale.Tristan Mendès France, spécialiste de l'extrême droite en ligneà franceinfo

Et notamment grâce au soutien de l’ancien leader du Ku Klux Klan, le suprémaciste blanc David Duke. Il avait appelé sur le réseau social Twitter ses 50 000 abonnés à contribuer à la cagnotte de Génération identitaire. Et en septembre 2017, le tueur de Christchurch a fait lui aussi un don de 1 000 euros au mouvement. Tracfin a d'ailleurs alerté les autorités lorsqu'ils ont découvert ce don, après le massacre qui a fait 50 morts dans deux mosquées de Nouvelle-Zélande. Les autorités sont parvenues, dans ce cas précis, à identifier le donateur mais ce n’est pas toujours le cas, surtout quand ces dons sont faits en crypto-monnaie.

Des dons en bitcoins

Génération Identitaire propose désormais sur son site des dons en bitcoins. Difficile de faire plus opaques car il est très difficile de tracer l’argent avec ces monnaies numériques. Cela reste une pratique encore très marginale, surtout en Europe, mais le mois dernier, Génération Identitaire a reçu, par ce biais et en une seule fois, 15 000 euros en bitcoins. Un don surprenant, 300 fois supérieur au don moyen de l’organisation. Un don venu d’un mystérieux compte anonyme, explique Rachel membre d'un collectif d’activistes baptisé Sleeping Giants qui lutte contre le financement des discours de haine en ligne. "Le compte qui a donné l'argent a reçu aux alentours de la même date une très grosse somme qu'il a distribué à d'autres comptes. Donc, c'est un compte miroir, caché, qui n'est pas opérationnel, qui avant était dormant pendant deux ans. Le classique du blanchiment d'argent. Ce ne sont pas des paiements de factures ou de tractations mais vraiment un soutien actif à l'extrême droite."

Des pratiques qui inquiètent évidemment les autorités. Génération identitaire est dans le viseur du gouvernement qui envisage, comme il l’a fait pour le Bastion social, de dissoudre ce mouvement d’extrême-droite.