Évacuation du camp du Millénaire à Paris : Médecins du Monde se dit "soulagé" mais "vigilant"

1 016 migrants ont été évacués mercredi matin du camp du Millénaire, au nord de Paris. Un soulagement pour Yannick Le Bihan, directeur de l'opération France de l'ONG Médecins du Monde, qui restera vigilant "sur ce qui se passera dans l'avenir". 

Evacuation du camp du Millénaire à Paris, mardi 30 mai 2018.
Evacuation du camp du Millénaire à Paris, mardi 30 mai 2018. (GAELE JOLY / RADIO FRANCE)

"On est soulagés", s'est exclamé Yannick Le Bihan, directeur de l'opération France de l'ONG Médecins du Monde, mercredi 30 mai sur franceinfo, après la fin de l'évacuation du camp de migrants du Millénaire, au nord de Paris.

Au total, 1 016 migrants ont été évacués dans une vingtaine de bus vers 24 centres d'accueil provisoire à Paris et en Ile-de-France, le temps d'examiner leur situation administrative.

>

"Ça faisait longtemps qu'on demandait cette évacuation, puisque ces personnes vivaient dans des conditions indignes depuis plusieurs mois. On est donc satisfaits que cette évacuation se soit faite dans le calme", a-t-il continué.

La plupart sont très fatigués, c'est dû à leur parcours, aussi aux conditions d'accueil ici.Yannick Le Bihanà franceinfo

Ces migrants étaient installés depuis plusieurs mois porte de la Villette, sous le périphérique, sur les quais du canal de Saint-Denis. "Ce n'était évidemment pas un endroit pour vivre, beaucoup sont fatigués, à la fois physiquement et mentalement", a-t-il expliqué.

"Jeu de ping-pong"

Yannick Le Bihan a prévenu : "On sera vigilants à ce qui se passera pour ces personnes dans l'avenir". Il s'inquiète notamment de la situation des "Dublinés", ceux "qui ont été enregistrés dans des pays européens" et qui "vont certainement être renvoyés dans ces pays".

"On est un peu inquiets sur ce jeu de ping-pong qui arrive à de nombreux migrants qui sont envoyés d'Italie en France, qui reviennent par l'Allemagne... Ça nous inquiète de savoir comment ces gens vont être traités", a-t-il déclaré.