Comment la France a géré ses précédents accueils de migrants

Le pays a déjà fait face à deux arrivées en masse de réfugiés. France 2 revient sur ces précédents.

France 2

Depuis ce mercredi 9 septembre, la France accueille des réfugiés venus d'Irak et de Syrie notamment. Elle en attend 24 000 d'ici deux ans.

Dans la région bordelaise, François Moniot et son épouse ouvrent leur porte aux migrants depuis longtemps. "Pendant l'Occupation, moi-même, j'ai dû affronter la clandestinité avec mes parents. J'ai été recueilli par des gens qui ont pris des risques considérables", se souvient François.

Reconnaissance éternelle

En 1939, 500 000 républicains espagnols arrivent en France, fuyant les franquistes. Parqués dans des camps, ils sont alors considérés comme des indésirables par certains Français. François Héran, démographe, évoque pour France 2 "l'une des périodes les plus xénophobes de l'histoire du pays".

A la fin des années 1970, les boat-people sont mieux accueillis. Les images de leur détresse ont sans doute influé. 128 Cambodgiens et Vietnamiens arrivent en 1979. Parmi eux, l'acteur Frédéric Chau, alors âgé de 6 mois. "Je serai éternellement reconnaissant envers la France, parce que la France a permis à mes parents de survivre (...) et m'a donné la possibilité d'avoir une scolarité, de prendre l'ascenseur social et d'arriver là où je suis aujourd'hui", confie l'auteur du livre "Je viens de si loin".

Le JT
Les autres sujets du JT
François Hollande et Jinan Badel lors de l\'ouverture d\'une conférence internationale sur les minorités religieuses et ethniques persécutés par le groupe Etat islamique, à Paris, le 8 Septembre à 2015 
François Hollande et Jinan Badel lors de l'ouverture d'une conférence internationale sur les minorités religieuses et ethniques persécutés par le groupe Etat islamique, à Paris, le 8 Septembre à 2015  (FRANCOIS MORI / AFP )