SOS Méditerranée va porter plainte pour diffamation, apologie de la violence et propos racistes et haineux

L'association réagissait avec ses avocats à l'envahissement de ses locaux de Marseille, le 5 octobre.

L\'association SOS Méditerrannée accompagnée de deux de ses avocats, le 17 octobre 2018 à Marseille.
L'association SOS Méditerrannée accompagnée de deux de ses avocats, le 17 octobre 2018 à Marseille. (VALERIE VREL / MAXPPP)

SOS Méditerranée va poursuivre ceux qui ont tenu des propos diffamatoires ou haineux pendant cette attaque, ainsi que ceux qui les ont relayés. C'est l'ONG qui l'annonce dans un communiqué diffusé mercredi 17 octobre. Elle va également se constituer partie civile dans le cadre de l'information judiciaire en cours contre les personnes qui ont envahi son siège à Marseille le 5 octobre dernier.

Vingt-deux militants de Génération identitaire avaient surgi au siège de l'association, à Marseille, et avaient été rapidement délogés par la police après avoir déployé une banderole accusant l'ONG d'être "complice du trafic d'êtres humains". SOS Méditerranée annonce des poursuites judiciaires contre les propos diffamatoires, haineux et racistes qui ont pu être tenus contre ses membres lors de l'assaut des bureaux. Me Sébastien Mabile, un des défenseurs de l'ONG, est revenu sur les "allégations gravement diffamatoires" accusant SOS Méditerranée d'être "complice des réseaux de passeurs ou de trafic d'êtres humains".

Libération d'une "parole violente"

"Ces allégations tombent sous le coup de la loi pénale dès lors qu'elles portent atteinte à l'honneur et à la considération de SOS Méditerranée, a précisé Me Mabile. Des poursuites seront intentées contre toute personne ayant fait l'apologie de cette attaque et/ou ayant repris les messages diffamatoires."

Me François de Cambiaire, autre avocat de SOS Méditerranée estime que "ces faits ont libéré une parole violente, y compris des attaques intolérables à caractère antisémite". Des messages sur internet et les réseaux sociaux montraient un des porte-paroles de l'association affublé d'une étoile jaune avec des propos haineux et antisémites.