Retour en mer de "l'Aquarius" : "Toute personne qui ne tend pas la main à quelqu'un qui se noie est un salaud"

Le réalisateur Robert Guédiguian fait partie des 500 personnalités qui co-signent mercredi une tribune dans le journal "Le Monde" pour soutenir les équipes de SOS Méditerranée à bord de l'Aquarius. Il a réagi sur franceinfo.

L\'aquarius reprend la mer mercredi 01 août
L'aquarius reprend la mer mercredi 01 août (BORIS HORVAT / AFP)

L'Aquarius reprend la mer mercredi 01 août après une escale technique de plus d'un mois à Marseille. Le millier de morts en Méditerranée a été dépassé le mois dernier. Mercredi 01 août, 500 personnalités de la société civile co-signent une tribune dans le journal Le Monde, et soutiennent les équipes de SOS Méditerranée à bord de l'Aquarius, dont la "seule mission", disent-ils, est de "sauver des vies".

Parmi ces personnalités, le réalisateur Robert Guédiguian, qui déplore sur franceinfo qu'"on se comporte comme des animaux qui protègent un territoire."

franceinfo : "Le seul et unique objectif de l'Aquarius, c'est de sauver des vies", peu-on lire dans cette tribune. Est-ce un rappel nécessaire ?

Robert Guédiguian : Il faut sauver d'abord, et questionner ensuite. Toute personne qui ne fait pas un geste, qui ne tend pas la main à quelqu'un qui se noie, est un salaud. Il y a quelque chose qui dysfonctionne dans le monde dans lequel on est, du point de vue de l'humanité. Ce qui nous distingue des autres espèces, c'est que nous avons conscience de nous-même. Les questions politiques, économiques, sociales, viennent après. D'abord on sauve, ensuite on débat. Ne pas faire ce geste élémentaire de sauver et d'accueillir des gens qui vont mourir, qui meurent sous nos yeux, c'est inconcevable. C'est un devoir absolu, un impératif catégorique moral, sinon on remet en cause tout essai de civilisation, de société.

On se comporte comme des animaux qui protègent un territoire, on a peur qu'on nous vole notre bifteck. Nous vivons dans des pays extrêmement riches, quoi qu'on en pense, même les plus pauvres d'entre nous, car il y a des pauvres malheureusement dans nos pays occidentaux, ne sont pas les plus opposés à accueillir les uns et les autres. Moi c'est ma morale de fils d'ouvrier, on m'a appris à ouvrir ma porte à quelqu'un qui meurt de faim, à l'aider. La solidarité devrait exister partout. L'Aquarius se comporte magnifiquement bien.

Vous répondez dans cette tribune à certains dirigeants qui refusent d'ouvrir leurs ports à ces navires et pour qui les associations sont complices de ces drames humanitaires ?

C'est les pires des salauds qui disent ça. Je veux bien que ce terme que je redis soit insultant, mais je pense que quiconque dit ça est une ordure. C'est inadmissible. Au contraire, les gens des associations font ce que les politiques - nationales, européennes etc. - ne font pas. Heureusement qu'ils sont là, ils sauvent l'humanité.

Ça vous a écoeuré ce qui s'est passé au mois de juin ?

C'est même plus qu'écoeuré, je ne pensais pas qu'il puisse se reproduire des choses comme ça. Comment peut-on laisser mourir des gens sous ses yeux ? Pourquoi la France n'a pas ouvert les ports en Corse puisque les élus régionaux étaient là pour le dire ? Là encore, il s'est trouvé des gens qui disaient que c'était une opération de récupération politique, mais peu m'importe tout ça. C'est une indignité totale de dire cela, ça me dégoûte.