Cet article date de plus de cinq ans.

Opération policière en Belgique : 16 personnes interpellées, Salah Abdeslam n'en fait pas partie

Des opérations policières ont eu lieu dans la soirée dans plusieurs villes de Belgique. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un soldat sur la Grand Place de Bruxelles, le 22 novembre 2015, lors des opérations antiterroristes.  (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Salah Abdeslam, suspecté d'avoir participé aux attentats qui ont fait 130 morts à Paris le 13 novembre, "n'a pas été intercepté lors des perquisitions" qui se sont déroulées dimanche 22 novembre dans la soirée en Belgique. Seize personnes ont été arrêtées lors de cette opération policière, a indiqué le parquet fédéral lors d'une conférence de presse. 

En tout, 19 perquisitions ont eu lieu à Molenbeek, Anderlecht, Jette, Schaerbeek, Woluwe-Saint-Lambert, Forest et Charleroi. Une personne a été blessée alors qu'elle tentait de forcer un barrage policier à Molenbeek. Elle a finalement été arrêtée. Les enquêteurs n'ont découvert ni armes ni explosifs, a précisé le parquet fédéral. Mais les autorités ne souhaitent pas donner "plus de détails" parce que "l'enquête se poursuit"

Alerte maximum

En milieu de soirée, la police fédérale indiquait que "différentes opérations étaient en cours, en raison de la menace terroriste" en Belgique, sans préciser les lieux où elles se déroulaient. La police a "demandé aux médias de ne pas faire de commentaires en direct sur les actions en cours, en mentionnant les lieux par exemple". Cette précaution a été suspendue avec la fin des opérations policières.

L'alerte maximum (4/4) face à la menace d'attaques semblables à celles de Paris a été décrétée samedi pour la région de Bruxelles. Elle est prolongée jusqu'à au moins lundi : les stations de métro et les écoles resteront fermées dans la capitale belge, ont annoncé dimanche en fin de journée les autorités. Le niveau d'alerte sera réévalué lundi dans la journée. Le niveau de vigilance reste de 3 sur 4 dans le reste du pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.